Par DDK | 20 Aout 2018 | 1602 lecture(s)

Marché de la viande blanche

La sardine suit l’envol

Les prix de la sardine à Boumerdès ont connu ces derniers jours une hausse inexpliquée qui suscite beaucoup d’interrogations chez les consommateurs, d’autant que les conditions climatiques sont favorables à la pêche. Le kilo de poisson bleu est cédé, sur les étals, entre 500 et 600 DA à Chabet El Ameur, Issers, Bordj Ménaïel et Béni Amrane, notamment. Tandis que l’anchois se vend à 250 DA/kg. Pourtant, la production aquacole s’est améliorée ces dernières années. Outre cela, la pisciculture a fait aussi du chemin et plusieurs fermes aquacoles produisent toutes sortes de poissons et constituent un atout contre le déficit. Pour expliquer cette hausse, certains vendeurs parlent de baisse de l’offre, qui est orientée vers d’autres régions du pays. D’autres l’imputent au manque du produit au niveau des ports de pêche et de surcroit la hausse de son prix à l’achat. Les responsables du secteur ont rassuré à maintes reprises le consommateur quant à la disponibilité et au contrôle des prix. Sur le terrain, c’est tout le contraire. Le consommateur est souvent victime du diktat des poissonniers. La wilaya recèle d’importantes potentialités pour développer le segment, à même d’assurer une disponibilité à longueur d’année et maintenir ainsi la stabilité des prix. On compte plus de 100 kms de littoral avec neuf ports d’échouages et trois ports de pêche d’une capacité de 500 embarcations. Même si les marins pêcheurs exercent dans des conditions lamentables et sont confrontés aux problèmes d’ensablement des ports, notamment de Zemmouri et la saturation d’autres, à l’exemple de Dellys, la production a été de pas moins de 5500 tonnes de poissons, durant les premiers mois de l’année en cours. Et depuis le début de l’été, celle-ci s’est nettement améliorée, en raison des bonnes conditions climatiques.
Y. Z.

0