Par DDK | 20 Aout 2018 | 2067 lecture(s)

Aïn El Hammam

La grande rue fermée à la circulation

En prévision de l’Aïd El-Adha, le président de l’APC d’Aïn El-Hammam vient de prendre certaines mesures, afin de faciliter la circulation automobile et de permettre aux nombreux citoyens qui envahiront la ville à la veille de la grande fête, de vaquer sans contraintes à leurs occupations. Depuis hier et jusqu’au jour de l’Aïd, la rue Colonel Amirouche sera fermée aux véhicules de l’entrée Ouest, au niveau du monument, jusqu’à la place du centre-ville. Une portion de rue destinée, comme à la veille de l’Aïd Seghir ou El-Kebir, à accueillir «le marché de Tassewiqth». Quant aux automobilistes désireux traverser la ville, ils sont invités à prendre la rue d’Alger à partir de Tiqerravine jusqu’au carrefour des horloges d’où, ils ont le loisir de rejoindre la rue fermée en aval, ou prendre à gauche la rue d’Aït Yahia. C’est sur la grande rue que des dizaines de marchands ambulants de jouets installeront leurs tables alors que d’autres étaleront carrément des nappes sur l’asphalte. Outre les jouets, on y trouvera tout ce qui pourrait attirer les enfants. Les bambins seuls ou accompagnés de leurs parents, investiront les lieux dès les premières heures de la matinée pour faire leurs provisions de jouets. Ils viennent au marché avec la ferme intention de dépenser l’argent que ne manquent pas de leur donner leurs parents à cette occasion. Les marchands qui tirent un grand profit de cet événement commencent déjà à appâter les gamins avec des jouets habituels (camions, poupées…) et d’autres plus sophistiqués mais plus chers. Des vacanciers, des chômeurs et autres saisissent l’occasion pour gagner de l’argent en pratiquant des prix beaucoup plus élevés qu’en magasin. Des considérations dont les parents ne s’embarrassent pas. Notons que dans la région d’Aïn El-Hammam, c’est durant Tassewiqth et les autres jours qui la précèdent que les enfants et même leurs parents fêtent l’Aïd, créant l’ambiance des grands jours que les habitants ne rateraient pour rien au monde. Le lendemain, la ville se videra de tous ceux qui en avaient fait une ville colorée, houleuse et gaie en l’espace de quelques jours.

A. O. T.

0