Par DDK | 25 Aout 2018 | 844 lecture(s)

Cap Djinet, Zemmouri El Bahri, Figuier…

Interminables bouchons sur les routes des plages

Les vacances à Boumerdès sont contrariés par d’innombrables facteurs, à commencer par les interminables bouchons de circulation au niveau des localités balnéaires de la wilaya. Partir à la plage et en revenir est devenu un parcours du combattant pour les automobilistes. Des files interminables de véhicules sont enregistrées quotidiennement au niveau des axes routiers des communes balnéaires, même si la tension a baissé quelque peu durant ces deux journées de fête de l’Aïd. Ces encombrements se produisent souvent en fin d’après-midi lorsque les estivants reviennent des plages pour rentrer chez eux. Les routes de la région sont devenues incapables de contenir l’affluence record d’estivants en ces temps de grandes chaleurs. Les routes du littoral sont asphyxiées. La RN24 en est l’exemple édifiant. Malgré le projet de son extension, ledit axe routier reste incapable de contenir le flux quotidien de véhicules d’estivants et autres usagers de la route. Au niveau de Sahel ou de Figuier, les bouchons de la route sont légion. En plus du flux de véhicules, les abords et accotements de la route sont squattés par des vendeurs informels. Y sont étalés des fruits et légumes et du poisson notamment. Ces baraques de fortune ont été à maintes reprises démantelées, mais la guerre contre l’informel semble perdue d’avance. En sus de cela, un marché de fruits et légumes est implanté à proximité de la RN 24. Le manque de parkings au niveau des plages de la région, contraint les estivants à garer leurs véhicules à même les accotements desdites routes. Outre cela, les arrêts facultatifs des bus de transports de voyageurs dont les abribus se trouvent sur les abords de la RN24, étranglent la route. Des millions de DA ont été dépensés dans ce projet d’extension de la RN 24 mais cela n’a pas réglé le problème des bouchons de circulation. Que ce soit à Zemmouri El Behri, Ben Younès ou Cap Djenet, le constat est le même. Le versant est de la wilaya connait aussi des bouchons au niveau des plages Souanines et Sahel Boubrak à Sidi Daoud. La RN68 reliant Cap Djenet à Bordj Ménaiel est souvent le théâtre d’encombrements chroniques notamment au niveau d’Ain El Hamra où les restaurants de grillades poussent comme des champignons sur les accotements de la route. A cela s’ajoute les vendeurs à la sauvette qui accaparent les espaces publics engendrant leur lot de désagréments. Parfois pour ne pas dire souvent en ces jours d’été, d’autres inattendus comme ces cortèges de fêtes qui sillonnent les routes du littoral rajoutent aux entraves du trafic routier. Le projet d’extension de ladite route est lancé peu de temps avant l’entame de la saison estivale. La crise a, dit-on, retardé le lancement des travaux faute de disponibilités budgétaires. Les conditions de séjour des estivants sont, par ailleurs, contrariés aussi par d’autres manques en tous genres au niveau des plages de la région, notamment l’infrastructure hôtelières en manque, la restauration… La gratuité des plages tant souhaitée reste également un leurre malgré les pompeuses déclarations d’officiels.

Y. Z.

0