Par A. Gana | 4 Avril 2013 | 2796 lecture(s)

Son prix reste toutefois élevé

Production de 17 millions de litres d’huile d’olive

La seizième édition de la Fête des olives, organisée, depuis lundi dernier, à Akbou, par l’association « Pour le développement de l’oléiculture », en partenariat avec les organismes en charge du secteur de l’agriculture, constitue une réelle opportunité pour amorcer une véritable dynamique de développement de l’oléiculture. Cette thématique, qui a été au centre des préoccupations des participants, a nourrit les conférences organisées pour la circonstance. Plus d’un demi million de plants ont été distribués, ces dernières semaines, à travers toutes les contrées de la wilaya de Béjaïa, pour inciter les agriculteurs à contribuer à la réimplantation des oliviers brûlés par les incendies. L’olivier occupe une place importante dans les paysages de la wilaya de Béjaïa. D’ailleurs sa culture remplit plus de cinquante milles hectares, soit un nombre important d’oliviers estimé à près de cinq millions d’unités concentrés, surtout, dans les régions de Seddouk et de Tazmalt qui représentent, à elles seules, la moitié des potentialités oléicoles de la wilaya. Avec une production de près de 17 millions de litres d’huile cette saison, soit un tiers de la production nationale, la wilaya de Béjaïa garde son statut de leader dans la production d’huile d’olive. Béjaïa, Tizi-Ouzou, Bouira et Jijel produisent, à elles seules, les 4/5e de la production nationale et, avec la volonté des uns et des autres, il faut arriver à chasser définitivement la réponse fataliste de saisonnalité alors qu’il suffit que les gens fassent des efforts pour augmenter la production.  En plus du fait que l’olivier soit sacré pour les montagnards et l’huile d’olive faisant partie intégrante de leur habitudes culinaires et médicinales, au prix qu’elle est proposée actuellement à la vente, l’huile d’olive constitue également une importante ressource financière. 

 

A. Gana

0