Par DDK | 6 Novembre 2016 | 1264 lecture(s)

Taskriout

Le moustique tigre fait son apparition

Le moustique tigre a été aperçu, et même photographié, dernièrement, par des habitants de la région de Bordj-mira, à 50 kms à l’Est de chef-lieu de la wilaya de Béjaïa. La présence du moustique dans cette région s’explique par le fait qu’il privilégie les endroits humides où la végétation se mélange aux eaux stagnantes, un milieu très propice à sa reproduction. L’on sait par ailleurs que les œufs de l’insecte peuvent résister à la chaleur, ce qui augmente leur durée de vie. D’autre part, sa capacité d’hiberner lui permet de survivre durant l’hiver sous forme d’œufs en dormance dans les régions tempérées. Le problème c’est qu’il ne s’agit plus des moustiques communs autochtones aux piqures agaçantes qui causent, au pire, des irritations et des démangeaisons désagréables. Le moustique tigre lui peut transmettre des virus à l’origine de graves maladies telles la dengue, le chikungunya et le zika. Ce moustique, plus petit que le moustique commun, également appelé Aèdes albopictus, est reconnaissable à ses rayures noires et blanches sur le corps et les pattes. Il aime les endroits où des eaux stagnent, il est très agressif à l’aube et au coucher du soleil. Originaire de l’Asie du Sud-est, il a envahi l’Europe, l’Afrique et l’Amérique depuis les années soixante-dix. Incapable de voler plus de 400 mètres, ce moustique utilise la transhumance humaine pour parcourir de longues distances et traverser les mers et les océans. Selon des spécialistes, le moyen qui lui a permis le plus de voyager ce sont les échanges de pneus usagers. La piqûre du moustique tigre ne provoque pas de maladies, mais, si le moustique pique une personne déjà atteinte de l’une des maladies citées plus haut, il peut transmette le virus à une autre personne saine en la piquant. Après accouplement, la femelle va piquer pour sucer du sang, car ses œufs ont besoin de protéines pour se développer, et c’est durant cette opération qu’elle peut transmettre le virus si elle en est porteuse. Actuellement, rien ne garantit que les Algériens qui font des allers-retours entre notre pays et le reste du monde ne soient pas porteurs de ces maladies. Avec la prolifération de ces moustiques, un seul porteur peut donc être à l’origine d’une épidémie !

Saïd M.

0