Par DDK | 16 Février 2017 | 1527 lecture(s)

Initié par l’association Cœur généreux et Main tendue

Projet d’une industrie de la galette

Louable est l’initiative entreprise par l’association Cœur généreux et Main tendue de la wilaya de Béjaïa de monter un projet d’«Industrie de la galette» au profit de femmes en difficultés, particulièrement les veuves et les divorcées sans ressources. Ce projet consiste en la fabrication et la commercialisation de la galette, mais l’activité peut s’étendre également à long terme à la confection de gâteaux traditionnels et la broderie. «Ce projet est destiné à des femmes se trouvant en difficultés et sans ressources. L’objectif de ce projet est économique et sociétal. D’abord, il offrira aux femmes un travail décent et convenable afin de subvenir aux besoins de leurs familles, et cela dans la durée. Ensuite, ce projet solidaire veut également promouvoir l’artisanat et l’art culinaire kabyles, tels que la confection de la galette et les gâteaux traditionnels, le tissage de tapis, la poterie, la confection de colliers, la broderie…», a indiqué Mouloud Bourihane, président de ladite association. En outre, cette initiative vise la valorisation du travail des femmes, a-t-il ajouté. Pour assurer une réussite à ce projet, qui a vu le jour tout récemment, les responsables de cette association sont à la recherche d’un réseau permanent pour la commercialisation de la production. «Comme début, nous avons établi un commerce équitable pour 20 veuves travailleuses pour la production et la commercialisation de galettes et gâteaux auprès d’un réseau de commerçants citoyens solidaires. Nous cherchons des points de vente, tels que des restaurants, les supérettes et les fast-food pour commercialiser nos produits», a souligné M. Bourihane. Pour Azibi Mebrouk, membre actif de cette association, «ce projet vise, notamment à assister les femmes veuves et divorcées se trouvant en difficultés, une tranche de la société souvent marginalisées». Les femmes impliquées dans ce projet, ajoute M. Azibi, seront payées en conséquence de leur travail et seront ainsi en mesure de gagner leur pain dignement.

Boualem Slimani

0