Par DDK | 18 Mai 2017 | 3263 lecture(s)

Danger nocturne sur la pénétrante Akbou - Ahnif

Attention, animaux sauvages !

Le tronçon de la pénétrante autoroutière reliant Béjaïa à l’autoroute Est - ouest, allant de l’échangeur d’Amalou à Ahnif, a été ouverte à la circulation.

Un tronçon inauguré le mois de mars dernier par le ministre des Travaux publics. Ainsi, les automobilistes, qui empruntaient le tronçon de la route nationale 26, allant d’Akbou à M’Chedallah, faisant face à de multiples embouteillages, leur faisant perdre un temps précieux. Ils sont cependant, soulagés depuis l’ouverture de cette partie de la pénétrante.

En passant par la RN26, le panneau placé à l’embranchement d’Ifren indique «Alger 198 km» et celui placé au carrefour de Biziou dans la commune d’Amalou, à l’entrée de la pénétrante, indique «Alger 160 km». «Avant, c'est-à-dire en empruntant le tronçon de la RN26 allant d’Akbou à l’autoroute Est-ouest, on mettait au minimum 4h, voire plus, pour arriver à Alger.

Depuis l’ouverture de ce tronçon de la pénétrante, reliant Akbou à l’autoroute Est-ouest au carrefour d’Ahnif, je fais en moyenne 2h de route et rarement plus», se réjouit un transporteur de voyageurs de Béni Maouche. Bien que satisfaits de la mise en service de ce tronçon, les usagers, signalent cependant, un danger et pas des moindres.

Il s’agit de la présence d’animaux sur la chaussée, tels les chiens, les chacals et les sangliers, attirés par des sacs contenant des restes de nourriture que les automobilistes jettent sur la route. C’est du mois ce qu’affirme Idir, un chauffeur de camion de transport de marchandises de la commune de Bouhamza, habitué à emprunter ce tronçon de la pénétrante depuis son ouverture à la circulation. «La pénétrante autoroutière est censée être protégée des animaux sauvages et domestiques, qui peuvent être à l’origine d’accident, parfois mortels. C’est le cas pour ce tronçon de la pénétrante allant d’Akbou à Ahnif. Dans les endroits, où des murs, d’environ un mètre de hauteur, sont érigés, les animaux n’accèdent pas à la chaussée. Malheureusement, à certains endroits, seuls des panneaux en métal d’environ 30 cm de largeur, placés à quelque 50 cm du sol, sont installés, ce qui donne la possibilité aux animaux d’y accéder. Certains automobilistes jettent des restes de nourriture sur la chaussée, ce qui attire chiens, chacals et sangliers. Chaque matin, je trouve, encore gisant sur la chaussée, des animaux, visiblement, écrasés par des véhicules. Je lance un donc un appel à la société des autoroutes de bien vouloir protéger ce tronçon. Un automobiliste, en voulant éviter un animal, pourrait perdre le contrôle de sa voiture et provoquer un carambolage. Aussi, même ces animaux ont le droit à la vie», a déclaré notre interlocuteur. «Autant dire que réaliser une autoroute est une bonne chose, car elle permet aux automobilistes de gagner du temps et de l’argent en consommant moins de carburant, mais la protéger serait encore mieux», ajoute-t-il. L’été arrive et la circulation sur ce tronçon de la pénétrante va être multipliée. Urgence signalée.

L Beddar.

0