Par DDK | 19 Juin 2017 | 758 lecture(s)

Ighil n’Djiber

Même pas une aire de jeu !

Le village Ighil n’Djiber fait partie d’un quatuor de villages relevant du douar d’Amdoun n’Seddouk, dont il est le plus petit. Comme son nom l’indique, il est situé sur une protubérance d’une colline qui domine aussi bien les autres villages que le chef-lieu. Ce beau village souffre d’un sous-développement aigu, caractérisé par un manque cruel d’infrastructures de loisirs. Un manque qui pénalise à plus d’un titre une jeunesse laissée pour compte qui souffre d’ailleurs de l’oisiveté, le farniente et la monotonie. Les parents ont peur que leur progéniture soit une proie aux maux sociaux qui la guette à tout bout de champ. Bouzid, un père de famille et habitant audit village, se demande pourquoi leur patelin est le seul dans la commune de Seddouk à ne pas posséder un terrain de jeux de proximité, une infrastructure indispensable pour la pratique du sport, notamment le football, une activité prisée par la jeunesse locale qui la pratique sur des chaussées de routes ou sur les espaces étroits, tels que les plates-formes pour les constructions de maisons, à l’image de celle située à proximité de l’école primaire d’Agouni. À noter qu’au volet télécommunication, ce village n’a pas bénéficié d’un projet de la téléphonie fixe de type fibre optique, comme les autres villages du douar d’Amdoun n’Seddouk. Privés d’Internet dans les foyers, les jeunes se déplacent à la ville de Seddouk, où existe une multitude de cybercafés, pour surfer sur la toile, perdant du temps et de l’argent. Des jeunes qui rêvent aussi d’avoir un foyer de jeunes dans leur village où se rassembler pour s’adonner à diverses activités culturelles ou artistiques, telles que la musique, la lecture... Néanmoins, le village est pourvu d’un petit local situé à l’entrée et construit par les villages avec leur propre argent. Il est utilisé durant ce mois de Ramadhan comme café maure. A souligner qu’une deuxième mosquée est le seul projet qui se réalise en ce moment. Le village possède une ancienne mosquée située au centre du village. En tout et pour tout, le village compte aussi une épicerie d’alimentation générale située au quartier Amdoun, à l’abord de la RN74. Une épicerie un peu isolée où se rendent les villages pour faire leurs emplettes. À l’instar des autres localités de la commune, Ighil n’Djiber a bénéficié, elle aussi, d’un projet de bitumage de la route principale allant de la RN74 jusqu'à la fontaine du village. Un projet qui a été réalisé récemment au grand bonheur des habitants. S’agissant des écoliers de la région, ces derniers souffrent de l’indisponibilité du ramassage scolaire sachant que l’école primaire est située à environ un kilomètre du village. Pour s’y rendre, ils empruntent, donc, à pied un chemin sinueux et pentu qui nécessite un aménagement.

L. Beddar.

0