Par DDK | 12 Octobre 2017 | 1356 lecture(s)

Ligne Béni Mansour - Béjaïa

Danger sur le rail !

La voie ferrée compte, entre Béni Mansour et Béjaïa, pas moins de 80 passages à niveau non gardés. C'est à cause de ces passages à niveau «accidentogènes» que l'on régule la vitesse moyenne du train qui assure deux rotations par jour entre Béni Mansour et Béjaïa. Le conducteur du train, à l'aller, comme au retour, est soumis à une vitesse limitée et donne, incessamment, des coups de klaxons pour éviter de surprendre des automobilistes et provoquer des collisions. À noter que quelques passages à niveaux ont été équipés de barrières et demi-barrières, comme à Béni Mansour. Prendre en charge tous les passages à niveau existants sur un linéaire de 88 kilomètres coûterait un budget important à la SNTF. Entre-temps, des accidents mortels, rappelons-le, s’y sont déjà produits par le passé. «A chaque jour qui finit sans que le train ne heurte un véhicule, on se félicite d'avoir réalisé un exploit!», dit un employé de la SNTF. L'éradication de ces pièges mortels est probablement liée au processus d'électrification et du dédoublement de la voie ferrée entre Béjaïa et Béni Mansour. Un projet, semble-t-il, gelé au motif de manque de financement. Pour l'heure, les conducteurs se démènent, comme ils peuvent, pour composer avec ces passages extrêmement dangereux.

Nassim Fawzi

0