Par DDK | 15 Novembre 2017 | 1066 lecture(s)

Ighil Ali Projet de raccordement au gaz

Le chantier toujours à l’arrêt

L’attente se fait longue pour la population de la commune d’Ighil Ali, depuis l’interruption, voilà plus d’une année, du projet d’acheminement du gaz naturel.

De s’être montés le bourrichon, les esprits commencent à tanguer entre l’exaspération et le doute. «J’ai la désagréable impression que l’on se paie de notre tête avec ces histoires de travaux qui n’en finissent plus. Le comble est que nous n’avons aucune information officielle sur les raisons ayant motivé l’arrêt du chantier», lâche courroucé, un père de famille du village Takorabt, où les travaux ont atteint près de 95% de taux d’avancement. «Alors que l’entreprise était sur le point de boucler le chantier, elle a subitement pris la poudre d’escampette», renchérit un autre habitant de ce village. Le lot du projet concernant le chef-lieu communal, apprend-on, a enregistré un taux d’achèvement d’environ 70%. Là aussi, se plaint-on, il n’y a pas encore de gaz, mais des désagréments à la pelle. Une situation qui dure et qui alimente les récriminations des habitants. «C’en est trop. On ne peut ni travailler ni se mouvoir dans les rues de la ville, devenues de véritables chausse-trappes et submergées de poussière», s’insurge un commerçant tenant une échoppe au centre-ville. Les quartiers situés dans le giron de l’agglomération urbaine, déclinent le même décor, a-t-on pu constater, alors que le projet est mis à l’arrêt sans avoir dépassé les 10% de taux de réalisation. «On nous a promis le gaz naturel avant le début de l’hiver, sans préciser de quelle année. C’est une promesse qui peut tenir la route, même si elle ne se concrétise qu’en 2027», ironise un citadin. Par ailleurs, nous avons appris que les travaux liés à la pose de la conduite transport, ainsi que l’opération relative à l’installation du poste de détente sont finalisés.

N. M.

0