Par DDK | 13 Mars 2018 | 1338 lecture(s)

Aokas

Coupures récurrentes du courant électrique

Pour la énième fois, la daïra d’Aokas a enregistré, samedi au soir, une coupure de courant électrique l’ayant plongée, durant plusieurs heures, dans le noir.

Un vent, pas si violent pourtant, a provoqué, dès 19h45, la coupure du courant qui ne n’est rétabli qu’après minuit. Dès qu’il vente ou qu’il pleuve, toute la région d’Aokas se retrouve dans l’obscurité. Parfois, même sans que les aléas climatiques en soient la cause, des pannes d’électricité surviennent et se prolongent. Les habitants d’Aokas, qui affirment que seule leur région est touchée par ces pannes récurrentes, s’interrogent sur les motifs de ces coupures. Ils n’ont pas totalement tort, étant donné que les communes limitrophes de Tichy et Souk El Tenine enregistrent, contrairement à Aokas, des pannes épisodiques. De l’avis des citoyens, ceci est dû au laxisme des servies en charge de l’entretien du réseau électrique qui tardent à entamer l’opération de l’élagage des arbres. En effet, les grosses branches d’arbres flirtent, dès qu’il vente, avec les fils de moyenne tension et engendrent, conséquemment, des coupures de courant. Que ce soit à Tamda ou à Tizi, dans la localité d’Akkar, ou parallèlement au chemin intercommunal reliant Tabellout, dans la commune d’Aokas, à Medkour, dans la commune de Tizi N’Berber, les branches sont mêlées aux fils électriques de moyenne tension et peuvent à tout moment être à l’origine d’une panne de courant. Pourquoi ne procède-t-on pas à l’entretien bien avant l’hiver, saison des pluies et vents violents ? «À chaque averse ou vent, c’est la même chose. Nous en avons marre de passer la nuit à la chandelle alors que les factures d’électricité sont souvent très salées», fulmine Dda El Bachir qui accepte mal le «noir», bien qu’il ait passé son enfance à la lueur de la bougie ou de la lampe quinquet. «Mais cela ne veut pas dire que la population doit accepter ces pannes récurrentes qui touchent la région», souligne-t-il. Pourtant, du point de vue technique, la région d’Aokas est alimentée en courant électrique à partir de deux départs venant de Souk El Tenine.
A Gana.

1.00