Par DDK | 11 Juillet 2018 | 694 lecture(s)

Timezrit

Le CW4 rétrécit

Le chemin de wilaya (CW) n°4, traversant plusieurs circonscriptions de la rive droite de la Soummam, jusqu’aux confins de la wilaya de Béjaïa, a subi des rétrécissements à plusieurs niveaux de son parcours. à hauteur de la commune de Timezrit, traversée de part en part par l’axe routier, celui-ci prend les allures d’un goulot d’étranglement, tant la chaussée est enserrée par des enfilades de bâtisses érigées anarchiquement de part et d’autre. «Les gens ont pris l’habitude de construire à l’emporte-pièce, sans tenir compte de l’alignement de leurs maisons», fait remarquer un responsable de l’APC, rappelant que le problème a pris des proportions importantes au cours de ces dernières années. A hauteur d’Akabiou, la principale agglomération de Timezrit et non moins chef-lieu de la commune, des constructions privées ont allégrement empiété sur les accotements, tordant le cou aux règles de l’urbanisme. «Il y a un mépris total et avéré des lois régissant l’espace public. La permissivité de l’État et l’impunité ont indirectement encouragé ces dépassements», estime un citoyen de Timezrit. Le préjudice est d’autant plus important que le parcours du CW4 est une succession de tournants, aussi dangereux les uns que les autres, avec qui plus est, une forte déclivité. «Nous sommes lourdement pénalisés. Il y a des sections de cette route où nous sommes obligés de rouler au pas. Les croisements sont une hantise pour les camions de gros tonnage. La tache est encore plus compliquée quand des voitures sont immobilisées à même la chaussée», se lamente un transporteur routier. «Le parcours est devenu, au fil des ans, infernal. Il y a des obstacles à tout bout de champ», réplique le gérant d’un taxi-bus. Et de s’interroger «devant le silence de la population et la quasi absence de l’autorité publique, faut-il s’étonner qu’une poignée d’irresponsables impose son diktat ?».

N. Maouche.

0