Par DDK | 16 Juillet 2018 | 1187 lecture(s)

Ath Mellikèche

Campagne de vaccination contre la fièvre aphteuse

L'apparition de foyers de fièvre aphteuse dans la wilaya de Béjaïa, ces derniers jours, s’est soldée par l'abattage d'une vingtaine de bovins.

Les faits ont mis en état d'alerte toutes les localités de cette wilaya où une "psychose" s'est emparée surtout des éleveurs de cheptels, lesquels craignent une propagation de cette zoonose très contagieuse. Celle-ci peut provoquer des pertes énormes parmi les bêtes d'élevage, ce qui pourrait se répercuter négativement sur l'activité des éleveurs en particulier et sur l'économie locale en général. Et pour parer à la propagation de cette affection, qui peut s'avérer mortelle pour les bêtes de rente, les différentes collectivités locales relevant de la wilaya de Béjaïa ont procédé à l'organisation de campagnes de vaccination des cheptels pour couper court à toute éventualité et aux risques de contagion. À l'exemple de la commune d'Ath Mellikèche où l'APC a initié une campagne de vaccination contre la clavelée ovine et la fièvre aphteuse bovine. Cette campagne a été entamée dimanche dernier pour se poursuivre jusqu'au 25 du mois en cours, et touchera l'ensemble des villages affiliés à cette municipalité rurale, perchée à plus de 1 000 mètres d'altitude. Ainsi, les localités concernées sont, entre autres, Tala Goudhi, Imikirène, Aguedal, Aït Fdila, Amaraï, Tinessouine, Lemcella, Idamoutène, Ayacha et Tabouda où l'élevage des cheptels (ovins, caprins et bovins) connaît un intérêt grandissant eu égard à la disponibilité des pâturages et autres pacages dans ces hautes altitudes. La filière de l'élevage est une tradition chez la tribu des Ath Mellikèche, car cette activité est pratiquée depuis des siècles. Malgré les temps modernes et le changement du mode de vie, la transhumance se trouve toujours pratiquée chez les éleveurs dans cette localité, où ils passent l'été en haute montagne dans les bergeries construites à cet effet.
Syphax Y.

0