Par DDK | 22 Juillet 2018 | 1553 lecture(s)

Taskriout

Attendre un bus sous 45° !

Avec la torride chaleur qui s’abat sur la région cet été, le mécontentement des voyageurs au niveau de l'arrêt de bus de Bordj Mira, dans la commune de Taskriout, vient de refaire surface. Si, il y a quelques temps, la problématique posée était en rapport avec l'encombrement, cette fois-ci c'est l'incommodité de cette place qui fait que plusieurs voyageurs se sentent malheureux avant d'entamer leur périple. En effet, plusieurs citoyens se lamentent de tout ce temps qu’ils passent dans l'attente d'un bus en plein zénith, sans abribus ni même un simple abri, avec des températures avoisinant les 45°. Certains d'entre eux n'hésitent pas à s'en prendre aux autorités locales qui, selon eux, font mine de ne pas mesurer ce problème majeur et font comme si de rien n'était. «Il est inadmissible qu'un arrêt de bus comme celui de Bordj Mira, concerné par plus de deux communes, n'est pas encore équipé de certaines commodités nécessaires, comme les toilettes, les chaises et les abribus. Avec cette canicule, c'est un supplice que nous subissons avant d'embarquer dans un bus. Que fait le maire ? A-t-il déjà vécu ça lui ? Que font les autres élus ?», crie sur place un voyageur, irrité. Il faut dire que cet arrêt de bus a toujours été au centre de la polémique, à cause notamment de sa saturation et du manque d'organisation dans les horaires de départ et de retour de chaque transporteur. Ce constat ne vient donc que s'ajouter à la liste des casse-tête dont se plaignent les voyageurs de plusieurs régions. «A chaque fois que je prends le chemin de Bordj Mira en transport, en venant de Béjaïa, j'ai horreur d'arriver, et de devoir descendre. Vous ne trouvez aucun endroit pouvant pour abriter et vous protéger du soleil, si ce n’est un parapluie qu’on nous impose de trimballer été comme hiver», fulmine une jeune entrepreneuse.
M. K.

0