Par DDK | 23 Juillet 2018 | 1642 lecture(s)

Akbou

Opération coup de poing contre les vendeurs à la sauvette

Ils ont écumé depuis des années les rues de l'ancienne ville d'Akbou, créant une certaine anarchie dans la circulation automobile et piétonnière. Eux, ce sont les vendeurs à la sauvette qui squattaient les trottoirs de l'ancienne ville d'Akbou en vendant une panoplie de marchandises allant des habits aux accessoires de téléphone mobile, en passant par les fruits et légumes, les ustensiles de cuisine, les bibelots de décoration et bien d'autres produits mis en vente sur les accotements des routes. Néanmoins, ces points de vente informels qui pullulaient, notamment sur l'artère principale de l'antique Auzium, ont été démontés dernièrement par l'intervention des forces de l'ordre. Ces derniers ont mené une véritable opération coup de poing en chassant manu militari tout ce "beau monde" qui faisait fortune sur le dos du fisc. Ces vendeurs de l’informel gênaient les piétons dans leur déplacement quotidien, lesquels se voient, à chaque fois, contraints de se rabattre sur la chaussée au péril de leur vie. La circulation automobile a été aussi mise à mal par ces vendeurs à la sauvette, provoquant des embouteillages sur la rue principale Si El Haouès. Le petit marché aménagé à proximité de la station de fourgons de la ville a été également interdit de tenue par les forces de l'ordre qui ont vertement averti les marchands de saisir leur étal si ils revenaient sur place. «Il était vraiment temps que les autorités interviennent pour mettre le holà à un commerce informel qui a prospéré à l'ombre de l'impunité. Les vendeurs à la sauvette squattaient les trottoirs en obligeant les passants à emprunter la chaussée au péril de se faire faucher par une voiture. Ces gens qui ne payent pas un rond au fisc occupaient les trottoirs en mettant en danger et les piétons et les automobilistes», constate amèrement un passant. Cependant, "la chasse aux sorcières" qui s'est effectuée dernièrement a laissé sur leur faim bon nombre d'habitants qui voient d'un mauvais œil la persistance de certaines pratiques chez les commerçants "légaux" lesquels s’approprient les trottoirs mais sans être inquiétés. «Pourquoi ce deux poids deux mesures? D'une part, l’on a interdit aux vendeurs à la sauvette de vendre leur marchandises sur la voie publique, d'autre part, il y a des commerçants qui continuent impunément de squatter les trottoirs en y exposant des mannequins habillés, du mobilier, des ustensiles, des étals de légumes et fruits, etc. Nous avons du mal à circuler dans certains trottoirs tellement ils sont transformés en dépôts de marchandises par certains commerçants indélicats qui ne sont pas inquiétés par les forces de l'ordre», s'insurge-t-on.

Syphax Y.

0