Par DDK | 30 Juillet 2018 | 1007 lecture(s)

Fonds communs des collectivités locales

400 milliards pour les communes

Les collectivités locales de la wilaya de Bgayet ont été créditées d’une autorisation-programme d’un montant de 400 milliards de centimes, avons-nous appris des services de la wilaya. Cette enveloppe a été dégagée, indique-t-on, sur les fonds communs des collectivités locales, rebaptisés caisse de garantie et de solidarité entre les communes. Une caisse alimentée pour partie par la plus-value de la péréquation et des revenus fiscaux générés par l’acquittement de la vignette automobile, et pour partie par le trésor public. «La quote-part qui a échu pour chaque commune oscille entre 9 et 13 milliards de centimes. Le montant de la dotation prend en ligne de compte les besoins exprimés et surtout les ressources de chaque commune», a confié notre source, ajoutant que des décisions d’affectation de ces crédits ont été déjà notifiées. Une chose est certaine, la valeur de cette subvention dépasse de loin celle allouée dans le cadre des plans communaux de développement, cette dernière étant plafonnée à 5 milliards pour le compte de l’exercice budgétaire courant. «Cette rallonge budgétaire est un ballon d’oxygène. Elle nous permettra de concrétiser des projets en suspens, que les 4 milliards reçus sur les PCD n’ont pas pu couvrir», se félicite un P/APC de la haute vallée de la Soummam. «On ne le dira jamais assez, l’argent c’est le nerf de la guerre. C’est d’autant plus vrai pour une commune pauvre comme la nôtre qui n’arrive à boucler son budget de fonctionnement que grâce à la subvention d’équilibre», souligne un élu local. Tout en prenant acte de cette aide de l’Etat, un autre édile communal soutient que l’assemblée qu’il préside s’est résolument engagée à s’affranchir de la dépendance financière de l’autorité centrale : «Notre salut est dans la valorisation du patrimoine locale et l’exploitation de tous les gisements de richesse. C’est un passage obligé pour asseoir notre développement et relever les défis de l’avenir», affirme-t-il.

N Maouche.

0