Par DDK | 1 Aout 2018 | 1222 lecture(s)

Souk El-Tenine

Volontariat pour rouvrir une école primaire

Dix ans après sa fermeture, l’école primaire Chahid Tahar Bouriche, sise à Bouakraz, dans la commune de Souk-El-Tenine, rouvrira ses portes à la prochaine rentrée scolaire. C’est l’association sociale Afud, présidée par M. Djemaoune Akli, qui a pris l’initiative de réunir les habitants de la localité autour de ce projet. Fermée en 2008 pour insuffisance d’effectif, la population a tout fait pour sa réouverture. «Nous avons reçu l’accord préalable de la DE. Mais l’école doit d’abord se conformer aux normes de sécurité et d’hygiène. Telle est la condition sine qua non à sa réouverture, et ce, avant le 10 août», a déclaré M. Djemaoune. Après dix ans de fermeture, l’école s’était retrouvée dans une situation affligeante. La cour et les alentours avaient été envahis par les ronces et les herbes folles. Les portes ainsi que les fenêtres se sont retrouvées dans un état de décrépitude, cela sans parler des murs qui nécessitaient un total ravalement. Remette sur pied cet établissement est un défi de poids que les habitants sont admirablement en passe de relever. «Nous avons organisé plusieurs volontariats et travaillé sans relâche depuis quelques jours. Nous avons dépensé plus de 12 millions de centimes de nos poches en plus de la main-d’œuvre. L’APC a mis à notre disposition quelques bidons de peinture et nous la remercions pour cela. Elle se chargera d’installer de nouvelles portes à la place des anciennes, totalement détériorées. Nous comptons remettre cette école sur pied avant le 10 août prochain», affirme notre interlocuteur. A noter que les élèves de la localité étaient jusque-là scolarisés à l’école Moussouni Mohand, sise au chef-lieu de Souk-el-Tenine, à deux kilomètres du village. Faire des allers-retours quotidiens représentait un fardeau pour les parents. D’abord parce que les écoliers, âgés entre 5 et 12 ans, risquaient leur vie du moment qu’ils empruntaient une RN9 au trafic très dense. Ensuite, parce qu’ils étaient contraints de débourser 50 DA par jour pour le déplacement de leurs enfants, car les horaires des bus assurant le ramassage scolaire sont en inadéquation avec ceux cours. Aussi, l’école Moussouni Mohand est confrontée au problème de surcharge d’effectif depuis quelques années. «Pour l’année prochaine, nous aurons un effectif de 51 élèves. Nous espérons voir ce nombre augmenter d’ici la rentrée. Les élèves scolarisés au niveau de ce primaire poursuivront leur scolarité au CEM de Souk-El-Tenine-centre. Je tiens à remercier tous les parents, qui se s’impliquent activement dans cette opération», conclut M. Djemaoune.

Sami D.

0