Par DDK | 6 Aout 2018 | 1129 lecture(s)

SOUK EL-TENINE Prise en charge des parturientes

Journées d’information à l’EPH

Le service de maternité de l’EPH Akli Bouras de Souk El-Tenine a organisé, du 30 juillet au 2 août, soit durant quatre jours, des journées portes-ouvertes au profit des parturientes.

«Ces journées portes-ouvertes visent à expliquer les problèmes auxquels sont confrontées les femmes enceintes depuis le début de leur grossesse jusqu’au jour de leur accouchement, en passant par les nombreuses étapes, dans la plupart des cas délicates, qui sont appelées à disparaître progressivement pour laisser place à une parfaite prise en charge des parturientes», nous confie Mme Gana, sage-femme à l’EPH de Souk El-Tenine. Ces journées s’inscrivent dans le cadre du réseau de prise en charge de la femme gestante, établi par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, indique encore notre interlocutrice. Ce réseau vise à mettre fin aux transferts anarchiques en cas de complications, en définissant dès le début de la grossesse la structure de santé devant accueillir la parturiente, selon les examens effectués durant toutes les étapes de la gestation de la femme enceinte. Avec ce système, le ministère de la Santé vise à mettre un terme à la pratique qui consiste à refuser l’admission d’une femme sur le point d’accoucher, lui imposant un dangereux tourisme médical. Le guide en question propose non seulement un classement des structures de santé en fonction de leurs moyens humains et matériels, mais surtout l’élaboration d’un projet d’accouchement avec le choix préalable du lieu où se déroulera ce dernier. «Ce réseau de prise en charge totale de la femme enceinte à partir du début de la grossesse jusqu’à l’accouchement, par le biais d’un plan efficace classifiant et répartissant les femmes enceintes en quatre paliers, allant d’un accouchement simple à un accouchement compliqué, a pour but de réduire le taux de mortalité maternelle et infantile», a déclaré Mme Gana. Ce réseau réparti en quatre paliers, va orienter la femme enceinte, en premier lieu (palier 1) vers des structures de planification maternelle et infantile (PMI) telles que les polycliniques ou les salles de soins ainsi que les cabinets médicaux privés. C'est-à-dire des établissements sanitaires dans lesquels elle recevra une "prise en charge totale" et un suivi médical avant de l’orienter vers les autres paliers. Parmi les objectifs de ce palier, la captation de la grossesse, l’inscription sur un registre et le remplissage du carnet de santé, ainsi que le bilan initial (clinique et biologique). Pour le deuxième palier (accouchement normal sans bloc opératoire), il consiste à assurer un accouchement supposé normal, sans gravité préalable identifiée pour la mère et l’enfant. Quant au troisième palier (accouchement en bloc opératoire), la femme gestante sera reçue dans les services de gynéco-obstétrique telles que les structures publiques : EPH, EHS et EH ainsi que les structures libérales(EPH) pour lui assurer l’accouchement et l’évacuation, ou un accouchement césarien, ainsi que le transfert en réanimation néonatale, la transfusion sanguine et produit dérivés et le curetage. Alors qu’au niveau 4 (accouchement à haut risques), il s’agit des structures disposant de véritables services de gynécologie avec des spécialistes, pédiatre, réanimateurs et anesthésistes telles que les structures publiques : CHU, EHU, EPH, EHS, et EH, ou les structures libérales : EPH. Ces structures prennent en charge l’accouchement à haut risque et une hospitalisation GHR, l’évacuation CCI, ainsi que les réanimations médicales du nouveau-né et de la parturiente.

Aziz Khentous

0