Par DDK | 8 Aout 2018 | 1443 lecture(s)

Fièvre aphteuse, brucellose…

Le sacrifice de l’Aïd compromis ?

à deux semaines de la fête du sacrifice (Aïd el Adha), la grande ruée vers l'achat des moutons n'a pas encore commencé.

D'habitude, à pareille époque, dans tous les quartiers, c'est le concert incessant des bêlements de moutons. On n'entend que ça sur les routes, dans les terrains vagues, dans les maisons, et parfois même depuis des balcons. Des moutons se lancent des bêlements à fondre l'âme des personnes sensibles qui traduisent d'instinct ces cris par des appels de détresse, des appels au secours, alors que pour d'autres ces bêlements ne sont qu'un signe de bonne santé de la bête qu'ils se préparent à sacrifier, pendant que les enfants croient que c'est peut être un cri de joie de l'animal qui va pouvoir jouer avec eux. L'autre signe qui indique aussi l'approche de l'Aïd, ce sont les bottes de foin sur les bords des routes et du foin partout dans les rues et dans les escaliers des bâtiments. Cette année, rien encore de tout cela. Les enclos à moutons habituels dans les cités périphériques ne sont pas encore installés, les points de ventes officiels ne sont pas encore indiqués par l'administration. C'est vrai que la découverte çà et là de foyers de fièvre aphteuse n'est pas de nature à encourager le transport ou l'achat du bétail. Des marchés de bétail sont carrément fermés dans certaines villes. Cette année, l'administration insiste sur le fait que les ventes de bêtes pour l'Aïd ne se feront que dans les lieux indiqués et sous le contrôle permanent des vétérinaires qui sont d'ailleurs tous réquisitionnés jusqu'à la fin de la fête. Cette maladie tombée juste quelques jours avant l'Aïd, va sans doute porter un grand coup à la célébration de la fête du sacrifice. Ce qui ne sera sans doute pas trop mauvais pour les chefs de familles aux revenus limités, qui trouveront ainsi une excuse imparable pour ne pas égorger. Le prix moyen d'un mouton de l'Aïd tourne autour de 50 mille DA alors que la plupart des salaires ne dépassent pas les 30 mille DA. Ils se contenteront donc de l'achat de quelques kilos de viande pour améliorer l'ordinaire, et de quelques abats entre triples et foie pour bien sentir l'odeur de l'Aïd.

B. Mouhoub

0