Par DDK | 23 Aout 2018 | 1201 lecture(s)

Tifra - Projet de la station thermale de Hammam Sillal

En souffrance depuis deux ans !

La station thermale de Hammam Sillal, dans la commune de Tifra, reste, malgré moult insuffisances, une destination prisée des familles. Elle reçoit à longueur d’année des cohortes de visiteurs, issus de toutes les régions du pays. On vient s’offrir un «bain de jouvence». Le thermalisme peut à court terme faire sortir la municipalité de Tifra de l’ornière. Un état de fait qui ne peut néanmoins intervenir qu’une fois le projet de réalisation d’un complexe thermal réceptionné. Un projet qui augure de perspectives économiques prometteuses pour la commune à travers la création de richesse et d’emploi que ce tourisme thermal ne manquera pas de générer. L’infrastructure en question comprendra trois sous-sols, un rez-de-chaussée et deux étages. Curistes et touristes y trouveront toutes les commodités et prestations requises pour un séjour agréable : saunas, baignoires, douches, salle de kinésithérapie, salle d’aérobic, cafétéria, neuf chambres d’hébergement, un mini-centre commercial et un parking. Le projet est depuis deux ans en souffrance, malgré les multiples interventions des autorités locales à l’effet de son achèvement. Ainsi, une rallonge budgétaire est nécessaire pour l’achèvement du projet, comme plaidé par le maire de cette commune. L’eau de la station thermale de Hammam Sillal, soulignons-le, est réputée pour ses vertus thérapeutiques. «Ce don de la nature fait des miracles. Depuis que je pratique des immersions répétées dans ces eaux thermales, je me sens régénéré en profondeur», confesse un homme d’un certain âge, trainant les séquelles persistantes d’une méchante sciatique. Perclus de rhumatismes, un septuagénaire déclare fréquenter assidument le Hammam : «Les bains me procurent un immense soulagement. Mes douleurs se font toutes petites et, du coup, je recours de moins en moins aux corticoïdes», nous confie-t-il. Venus d’Alger, deux jeunes curistes que l’on peut cataloguer dans le registre des curistes «légers», disent ne rien souffrir de spécial : «Nos virées répondent au souci de se faire plaisir et se retaper le moral, voilà tout», résument-ils. Le plus jeune d’entre eux avoue cependant, traquer un vague malaise existentiel, avec l’espoir que ces eaux purificatrices lui apporteront le remède tant attendu. Outre ses vertus thérapeutiques avérées, convient-on, l’immersion dans ces eaux thermales qui jaillissent des entrailles de la terre à près de 50°C, contribue à renforcer le sentiment de bien-être et à se prémunir contre la déprime. «Rien que de renouer avec l’intimité de cette station thermale, son ambiance conviviale et son atmosphère moite, me procure un bonheur inouï et me fait oublier mes petits maux», soutient un habitué des lieux. F. A. B.

0