Par DDK | 25 Aout 2018 | 673 lecture(s)

Tamokra

Le problème du transport refait surface !

Les habitants de la commune de Tamokra croyaient que le problème du transport de voyageurs était réglé, à la faveur de la réunion qui avait regroupé, début mars dernier, les autorités communales, la direction du transport de la wilaya et les transporteurs de Tamokra, durant laquelle tout le monde était tombé d'accord pour assurer le transport chaque jour jusqu'à 19 heures. Mais force est de constater que les choses commencent à se «gâter», tonnent les voyageurs de cette localité. En effet, les usagers de la ligne Tamokra - Akbou, longue de 30 km, se disent en colère, car, d'après eux, le transport de voyageurs est assuré de façon aléatoire (à partir de l'après-midi des jours ouvrables) quand il n’est carrément pas disponible. «À partir de 13 ou 14 heures, les fourgons qui desservent Tamokra deviennent rares, pour ne pas dire inexistants au niveau de la station de fourgons de la ville d'Akbou. Alors qu'il fait très chaud ces dernières semaines, nous sommes obligés, nous les voyageurs, d'attendre l'arrivée d'un hypothétique fourgon durant plusieurs heures d'attente ! Le PV signé, quelques mois plus tôt, par les transporteurs avec l'APC est apparemment frappé contre le mur. Il était convenu qu'en été, le dernier transporteur devait quitter la station de fourgons d'Akbou vers 19 heures. Or, nous constatons que les fourgons désertent souvent les lieux à partir de 15 ou 16 heures. Parfois bien avant. C'est l'anarchie totale ! Nombre d'entre eux sont loués pour les fêtes du mariage, cela crée un déficit en fourgons», affirme désespérément l'un des usagers. Cette situation oblige bon nombre de voyageurs de cette localité à louer des taxis fraudeurs au prix fort. Ces derniers n'épargnent personne en exigeant des tarifs exorbitants allant jusqu'à 1 000 DA la course. De leur côté, les transporteurs se défendent d'avoir déserté la ligne pour s'«occuper des fêtes de mariage». «Moi, j'assure régulièrement la navette Akbou - Tamokra. Il est vrai que par moments il y a une insuffisance de fourgons. On ne peut pas être au four et au moulin», se contente de répliquer l'un des transporteurs de la ligne Tamokra - Akbou. Quoi qu'il en soit, le problème du transport perdure encore dans cette localité, où une solution durable devrait être trouvée pour le bien de tout le monde.

Syphax Y.

0