Par DDK | 25 Aout 2018 | 1035 lecture(s)

Aït R’zine

Wizrane, un village chargé d’histoire

Les habitants du village Wizrane, dans la commune d’Aït R’zine, peuvent parler pendant des heures sans se lasser de la période coloniale, lors de laquelle leur village a payé un lourd tribut à la guerre de libération, avec 86 martyrs. Il fut bombardé, à en croire l’un des natifs de la région, trois fois. Au carré des martyrs du village, un châssis et un moteur rouillé d’un avion colonial sont exposés comme des trophées. «Ce sont les restes d'un avion de chasse abattu en 1959 par les moudjahidine du village», explique un vieil homme, témoin des faits. Il raconte, avec force détails, tous les événements charniers qui se sont produits dans ce patelin martyrisé par les soldats français durant la guerre de libération nationale, alors qu'il n'était encore qu'un adolescent. Il dira avoir vécu toutes les atrocités infligées aux villageois par l'ennemi français. Il a aussi en mémoire la fameuse bataille du 26 octobre 1955, au cours de laquelle le groupe d'un certain Saïd Ouabane, officier de l'ALN, fut encerclé de nuit par les forces coloniale. «Un terrible accrochage eut lieu entre les moudjahidine et les soldats français. Ce soir-là, trois moudjahidine, dont Saïd Ouabane, sont tombés au champ d'honneur. Malgré l'encerclement de tout le village, le reste des moudjahidine ont pu s'échapper à la faveur de la nuit et de la confusion», raconte D'da Chafaâ, qui assure que le colonel Amirouche et Krim Belkacem sont passés par Wizrane. Ce village compte encore des abris transformés en dispensaires, où les blessés étaient acheminés pour se faire soignés.

S. Y.

0