Par DDK | 28 Aout 2018 | 780 lecture(s)

Aït R'zine

La polyclinique toujours sans les services névralgiques !

Rien n'évolue à la polyclinique de la commune d'Aït R'zine, sise à Guendouz, le chef-lieu communal. En effet, cette structure sanitaire continue d'enregistrer des insuffisances flagrantes tant sur le plan du personnel médical que du matériel. A ce jour, cette polyclinique ne possède pas encore un point d'urgences. Cela pèse lourdement sur la vie quotidienne de cette municipalité qui compte près de 20 000 habitants, répartis variablement sur 16 villages. Ainsi donc, les cas nécessitant des premiers soins ne sont pas orientés vers cette structure. «Si nous avons un malade ou un accidenté, nous ne pourrons pas l'emmener à la polyclinique de Guendouz pour la simple raison est qu'il n'y a pas de service d'urgences. Nous sommes obligés d’aller jusqu'à l'hôpital d'Akbou, à 30 km, pour bénéficier des premiers soins. Et encore, si le malade arrive vivant à bon port», regrette-t-on dans cette localité. Il arrive que des citoyens de cette commune acheminent, vers ladite polyclinique, des malades nécessitant des soins urgents mais une fois sur place, ils se trouvent confrontés à l'impuissance du personnel médical, car il n'y pas la moindre ombre d'un point d'urgences avec tout le matériel médical afférent. La polyclinique ouvre à 8 heures pour fermer à 18 heures. Les autres services qui brillent par leur absence dans cette structure se rapportent à la maternité et santé infantile, les analyses médicales, la médecine spécialisée comme l'endocrinologie, la rhumatologie, la pédiatrie... et à la radiologie. L’absence d’un service de radiologie est d’ailleurs perçue comme une frustration par les habitants de la localité, sachant que le matériel médical a été installé depuis belle lurette dans cette polyclinique. Faute d'un manipulateur, il est resté inopérant.

S. Y.

0