Par DDK | 29 Aout 2018 | 1014 lecture(s)

AÏT R'ZINE - Ramassage des ordures

Le problème persiste encore !

Grand problème d'insalubrité dans la commune d'Aït R'zine ! La gestion des ordures ménagères est devenue un véritable casse-tête pour cette municipalité qui ne dispose pas encore de sa propre déchetterie.

à chaque fois, ce problème resurgit, mettant à mal cette localité, où les déchets ménagers s'entassent sur les accotements des différents chemins parcourant cette commune. Depuis le bras de fer engagé, il y a quelques années, par les riverains de l'oued Assif Abbas, lesquels empêchaient l'accès aux éboueurs vers les berges de cette rivière, la situation est restée telle qu'elle. Une collectivité condamnée donc à jeter ses ordures hors de la commune, en payant pour ce service des déchetteries lointaines ! Cette situation kafkaïenne a créé un désordre et une irrégularité dans le ramassage des ordures, ce qui a fait que des dépotoirs sauvages voient le jour à plusieurs endroits de la commune. Ils ont également envahi la nature, les oliveraies et les ravins qui parcourent cette région au relief accidenté. A cela s’ajoute le manque d'engins et de camions à bennes-tasseuses pour la collecte des ordures. Le récent programme d'enlèvement des ordures tracé par l'APC a suscité les réserves des habitants de tous les villages, car le ramassage des déchets s'effectue un jour par semaine pour chaque localité, ce que trouvent les habitant peu suffisant, d'autant les 15 villages que compte la commune génèrent quotidiennement des tonnes de détritus en tous genres. «L'enlèvement des ordures à raison d'un jour par semaine est très insuffisant pour notre village, d'autant qu'il compte une population d'environ 2 000 âmes, et la production des déchets y est des plus importantes. Doit-on supporter l'accumulation des ordures dans les rues et les odeurs pestilentielles pendant six jours entiers pour procéder à leur ramassage, au septième jour ? L'APC devrait revoir un peu ce programme en prenant en compte le nombre d'habitants de chaque village !», préconise un villageois de Taourirth Ouabla, l'un des patelins les plus peuplés d'Aït R'zine.

Syphax Y.

0