Par DDK | 29 Aout 2018 | 651 lecture(s)

Taklaït

Une nouvelle conduite d’eau réclamée

Pour la réalisation d’une nouvelle conduite d’eau potable, les habitants du quartier populaire Taklaït, dans la commune de Béjaïa, sollicitent l’intervention du wali intérimaire. La présente conduite se trouve, selon eux, à côté du réseau d’assainissement. Ils diront avoir alerté à maintes fois les autorités municipales de Béjaïa, notamment sur les désagréments que causent deux oueds qui traversent leur cité. Dans une demande adressée au wali, au chef de daïra et au P/APC de Béjaïa, les mêmes habitants sollicitent, une fois de plus, l’intervention des autorités pour l’aménagement de ces deux oueds. Les rédacteurs de la correspondance, datée du 27 août 2018, rappellent que le projet d’aménagement de l’oued a été approuvé en 2009 et que les travaux ont été confiés à une entreprise, mais celle-ci a plié bagages après deux jours de travaux. S’agissant de la déviation de la conduite «500», prise en charge par l’APC pour une somme de 800 millions de centimes, selon la fiche technique établie par l’ADE, les travaux ont été lancés à deux reprises en 2014, mais, à ce jour, rien de concret n’a été réalisé. Dans leur correspondance adressée aux autorités, des habitants de Taklaït Talemast émettent le souhait de voir les autorités procéder à l’aménagement des deux oueds qui traversent leur cité, le premier mène vers le cimetière Boucherba et le second vers un virage. Toutes les démarches des habitants de la cité Taklaït, auprès des services concernés, n’ont pas abouti à ce jour, ce qui les a amenés à demander l’intervention du wali intérimaire de Béjaïa : «Après plusieurs mois d’attente, les services compétents n’ont pas donné suite à notre requête. Dans les locaux de l’APC, ils nous disent que le projet est du ressort de la DUC, alors que cette dernière nous informe que ce sont les services municipaux de l’hydraulique qui devraient s’en occuper», expliquent-ils au wali de Béjaïa, tout en sollicitant son intervention pour prendre en charge leurs revendications.

F. A. B.

0