Par DDK | 29 Aout 2018 | 944 lecture(s)

Boudjellil

Fuites d'eau et rationnement dans la distribution !

Le secteur de l’hydraulique dans la commune de Boudjellil, située à 90 km au Sud de la wilaya de Béjaïa, connaît des fortunes diverses. Les fuites d'eau sur les réseaux de distribution et le rationnement drastique de cette ressource vitale sont légion. Le «feuilleton» des fuites d'eau ne cesse d'envenimer la situation, renvoyant à un réseau de distribution vétuste et non entretenu. Il ne se passe presque pas un jour sans que des fuites ne soient signalées, ici et là, faisant perdre d'énormes quantités d'eau aux collectivités locales. Des quantités importantes vont, en effet, dans la nature, sans bénéficier aux consommateurs qui demeurent, eux, assujettis à un rationnement drastique de cette denrée vitale. L'exemple de l’avarie d'eau survenue récemment au «quatre-chemins» du chef-lieu de la commune de Boudjellil, il y a quelques jours de cela, et qui laissait échapper des quantités d'eau sur la chaussée, est édifiant à plus d’un titre. Concernant le rationnement dans la distribution de l'eau potable sur les réseaux d'alimentation, celle-ci est pratiquée dans plusieurs villages, comme à Béni Mansour, Tala Lbir, Tigrine, Ath Wihdane et bien d'autres, dénotant l'insuffisance des forages et des équipements de stockage de l'eau potable. Pour deux villages comme Béni Mansour et Iâarkav, il n'y a en tout et pour tout qu'un seul forage et un seul réservoir. «Le village de Béni Mansour, peuplé par environ 2 000 habitants, a besoin, à lui seul, d'un réservoir pour satisfaire la demande de la population. L'eau y est distribuée à raison de 4 heures chaque quatre jour, ce qui demeure très insuffisant. Nous endurons les affres de la pénurie de l'eau potable, et l'APC devrait penser à solutionner ce problème qui nous empoisonne notre quotidien», indique un habitant de Béni Mansour.

S. Y.

0