Par DDK | 1 Septembre 2018 | 730 lecture(s)

Tizi n’Berber

300 foyers sans électricité

S’éclairer à la lumière blafarde d’une bougie, comme jadis, c’est le sort pathétique et tragique de plusieurs centaines de familles de la commune de Tizi n’Berber, dans la daïra d’Aokas. Au total, apprend-on, pas moins de 300 foyers sont privés de l’énergie électrique. «Il est rare de trouver un quartier, un hameau et parfois un village entier, qui ne soit pas confronté au problème de l’absence d’électricité. Il y a des citoyens qui attendent depuis une dizaine d’années une hypothétique solution qui tarde à venir», se lamente un retraité. «L’écrasante majorité des bâtisses non alimentées, sont construites dans le cadre du programme de promotion de l’habitat rural, financé par le fonds national du logement», fait remarquer un citoyen résidant à la périphérie du chef lieu communal. Des villageois ayant érigé leurs demeures grâce à l’aide financière de l’État, soutiennent avoir sollicité toutes les autorités concernées, mais rien n’y fait. «Nous avons, à plusieurs reprises, demandé le soutien de l’APC, sans résultat. Nous avons aussi saisi les services de la SDE, lesquels ont établi un devis estimatif pour les branchements, mais le devis n’est toujours pas honoré», rappelle un jeune citoyen, qui plaide pour une prompte intervention des autorités concernées. «On nous a aidés à construire un gite, maintenant, on nous abandonne à notre sort, en nous obligeant à adopter des solutions de fortune, des prises de risques», vitupère un auto-constructeur. «Les branchements provisoires d’électricité se multiplient à foison. Les pouvoirs publics doivent réaliser que nos vies et celles de nos enfants sont en danger», avertit un père de famille.

N. M.

0