Par DDK | 3 Septembre 2018 | 951 lecture(s)

Akbou

Le curage des caniveaux négliger !

Le village Amirouche (ex-Riquet), situé à 7 km du chef-lieu d'Akbou, est en proie à de multiples carences enregistrées dans le volet aménagement urbain.

Traversée par la RN26, cette localité rurale, peuplée d’environ 4000 villageois, est une zone inondable, ce qui ne laisse guère la conscience tranquille aux habitants. En effet, à la tombée des pluies diluviennes, ce village se trouve submergé par les torrents boueux, qui inondent plusieurs endroits notamment la RN26. Nonobstant l'existence de caniveaux et d'avaloirs le long de la RN26, ces équipements d'évacuation des eaux pluviales s'avèrent à chaque fois complètement dépassés et presque inutiles, car ils ne sont pas curés et nettoyés régulièrement. Les déchets, les pierres et la boue sèche s'accumulent dans ces fossés oblongs, d'où le problème d'évacuation des eaux pluviales, et à la tombée des fortes ondées, submergent la chaussée en bloquant parfois la circulation automobile. Et comme cette route est empruntée par des centaines d'automobilistes par jour, des ordures sont jetées sans aucun ménagement dans les fossés, ce qui provoque leur obstruction. Dernièrement, il a été constaté de visu l'accumulation des déchets et des pierres dans ces caniveaux, ce qui veut dire qu'ils ne sont pas encore curés, bien que des orages ont éclaté récemment et peuvent survenir à n'importe quel moment de la journée. Cependant, force est de constater que l'opération de nettoyage n'intervient généralement qu'après la chute des pluies. «C’est toujours la même chanson ! Il faudra que les eaux torrentielles et la boue envahissent la chaussée et les habitations avoisinantes, pour que le service voirie de la commune d'Akbou daigne, enfin, mobiliser des agents pour nettoyer et curer les caniveaux», fulmine un habitant du village.

S. Y.

0