Par DDK | 12 Octobre 2017 | 1147 lecture(s)

LAKHDARIA Arrêt des travaux d’aménagement de Hamana

Les habitants s’en remettent au wali

Dans une requête adressée au wali de Bouira, M. Limani Mustapha, des habitants de la cité «Hamana» du chef-lieu de la commune de Lakhdaria, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de la wilaya de Bouira, se plaignent de l’arrêt des travaux d’aménagement de leur quartier depuis près de quatre mois. Selon ces résidents, l’entreprise qui a lancé les travaux d’aménagement depuis le mois de janvier dernier, a subitement abandonné les lieux sans fournir la moindre explication. Dans cette même lettre, dont une copie nous a été remise, les résidents dénoncent l’état déplorable des routes et trottoirs de leur quartier devenus presque impraticable, au même titre que le réseau d’éclairage qui ne fonctionne toujours pas : «nous ne savons plus à quel saint nous vouer. Après avoir attendu ce projet depuis plus de 20 ans, notre espoir s’est vite évaporé avec l’arrêt des travaux d’aménagement. Le réseau routier de notre quartier est sérieusement dégradé, et nous craignons l’arrivée de la saison pluviale. L’éclairage public ne fonctionne toujours pas et même le réseau d’assainissement est à découvert, en raison des travaux de terrassement», lit-on dans cette requête, signée par une centaine de résidents. Ces derniers ajoutent aussi que les services de l’APC de Lakhdaria, n’auraient fourni aucune explication pour cet arrêt. «Nous nous somme déplacés à maintes reprises pour voir le maire et les services techniques de l’APC, ces derniers ne nous ont rien expliqué. Nous avons réussi à contacter l’entrepreneur en charge de ce projet, qui nous a soulevé un problème de payement de ces avenants», ont-ils ajoutés. Les résidents de ce quartier interpellent vivement le premier magistrat de la wilaya, pour le déblocage de ce projet, «le seul espoir restant est l’intervention du wali. Nous vivons dans des conditions lamentables. Nos routes sont dégradées et rares sont les véhicules qui peuvent accéder à notre quartier. Nos enfants n’ont pas où jouer, et notre santé est menacée, avec le tas de poussières et les rejets du réseau d’assainissement. Nous réclamons l’intervention rapide du wali pour nous faire sortir de ce marasme», ont-ils souhaité.

Oussama K.

0