Par DDK | 15 Novembre 2017 | 611 lecture(s)

Sour El-Ghozlane Perchés à 1 100 mètres d’altitude

Ouled Tajin et Ouled Gacem rêvent de gaz naturel

Les deux localités d’Ouled Gacem et Ouled Tajin ne sont toujours pas raccordées au réseau de gaz de ville, et ce, malgré leur proximité du chef-lieu communal de Sour El-Ghozlane, au sud de la wilaya de Bouira. Ces deux localités qui comptent environs 120 foyers ont de tout temps réclamé leur raccordement au gaz naturel, surtout face à l’absence d’un dépôt de vente de gaz butane et aux conditions géographiques difficiles, où se situent ces deux hameaux. «Les chutes de neige sont fréquentes dans notre région, située au cœur de la montagne de Dirah, à plus de 1100 mètres d’altitude. Nous attendons toujours la concrétisation des promesses des autorités locales pour notre raccordement à cette énergie. Une étude a été effectivement effectuée, mais il parait que la commune ne dispose pas du financement nécessaire pour sa réalisation. Il faudrait que la wilaya finance ce projet que nous attendons depuis des années», nous explique M. Mekki, enseignant habitant la localité d’Ouled Gacem. En plus de l’absence du réseau de gaz naturel, notre interlocuteur ajoute que l’unique chemin communal, qui relie ces deux localités à la RN8 et au chef-lieu communal, est dégradé et nécessite une prise en charge rapide. Selon lui, ce chemin se trouve souvent bloqué par les chutes de neige, comme il a été le cas l’année dernière, au mois d’avril. «Nos deux villages sont restés isolés du monde pendant une semaine. C’est à pied que nous avions évacués pas mal de malades et de cas urgents. Les engins n’ont même pas pu ouvrir la route, en raison des fortes chutes de neige. Nous souffrons toujours du même problème et l’isolement se fait de plus en sentir», se désole ce dernier. D’autres villageois ont soulevé la dégradation de l’unique école primaire qui se trouve au village d’Ouled Gacem. Selon eux, cette école ne dispose même pas d’une cantine scolaire et les élèves s’y rendent sur de longues distances, souvent à pied. Les habitants de ces deux localités isolées souhaitent l’intervention rapide des autorités de la wilaya pour l’inscription d’un projet de raccordement au gaz naturel, en plus de la réhabilitation de l’unique route qui les relie au chef-lieu.

O. K.

0