Par DDK | 7 Décembre 2017 | 789 lecture(s)

Vallée du Sahel

La cueillette des olives suspendue

Les dernières intempéries marquées notamment par des chutes de neige qu'a enregistrées la région est de Bouira ont contraint les propriétaires des oliveraies, lesquels ont entamé déjà la cueillette des olives, à suspendre cette activité à cause du mauvais temps et du froid glacial qui persiste ces derniers jours. En effet, après avoir profité de quelques jours seulement d'un beau soleil pour récolter les olives, les "cueilleurs" se sont vus contraints de reporter cette opération le temps que le ciel se rassérène. Les oliviers étant trempés jusqu'à "la sève" ce qui rend impossible la cueillette des olives. Le sol est aussi humide et boueux, ce qui risque aussi d'embourber les cueilleurs. En tout cas, ces pluies salvatrices à plus d'un titre ne sont jamais vues d'un mauvais œil, pour la simple raison qu'elles ont permis de sauver une saison oléicole qui s'annonçait catastrophique il y a quelques semaines à cause des fortes chaleurs qui ont sévi des semaines durant. Celles-ci ont failli emporter des milliers d'oliviers devenus complètement calcinés à cause de la chaleur exceptionnelle qui a sévi le long de la saison estivale et durant une bonne partie de l'automne. La satisfaisante pluviométrie de ces derniers jours a permis de chasser d'un revers de main les appréhensions et la peur des propriétaires des oliveraies qui voient leurs oliviers reprendre des couleurs. À présent, même les olives qui se sont asséchées le long de la période de sécheresse ont pris du volume. Même si la récolte ne s'annonce pas sous de bons auspices, il n'en demeure pas moins qu'au vu de ce qui s'est passé avec toutes les conditions climatiques désavantageuses, l'on pourrait affirmer que cette fois-ci la saison oléicole s'en est "tirée" à bon compte, et personne n'a présagé ce retournement positif de la situation. «Constatant en plein mois d'octobre dernier la chaleur qui perdurait encore, je me suis dis cette fois-ci la campagne d'olivaison sera catastrophique. Cependant, avec la chute inespérée et salvatrice des pluies diluviennes j'ai vu mes oliviers, qui périclitaient il y a quelques semaines de cela, se revigorer et reprendre leurs couleurs verdoyantes», note avec satisfaction un paysan de Chorfa.

Y. S.

0