Par DDK | 14 Janvier 2018 | 797 lecture(s)

Thameur

L’aménagement fait défaut

Les habitants de Thameur, un village situé à 8 km à l’est du chef-lieu de la wilaya de Bouira, ne cessent de déplorer le piteux état de leurs routes, lesquelles compliquent le quotidien des automobilistes depuis quelques mois. Ainsi, au niveau de ce quartier, l’on peut constater des routes tellement dégradées que les chauffeurs sont contraints de rouler à faible allure, pour éviter les cahotements incommodants que provoquent les fissures apparues sur le goudron. À l’intérieur de ce village, les voies d’accès sont jonchées de crevasses lesquelles, en temps pluvieux, se transforment en d’énormes flaques d’eau. Les habitants rencontrés sur les lieux, résidents et automobilistes, se plaignent de la dégradation du cadre de vie et de ce décor fait de boue, de poussière et de nids-de-poule. Ils affirment avoir envoyé de nombreuses requêtes aux responsables locaux, mais elles sont restées lettres mortes. «Le bitume est dans un état dégradé et nécessite une réhabilitation. Nous interpellons les responsables de la commune à prendre en charge ces axes routiers», dira un habitant. «Les nombreux nids-de-poule poussent les automobilistes à faire des zigzags pour les contourner. La portion de la route en bon état rétrécit, ainsi donc deux véhicules qui se croisent n'ont pas assez d'espace pour passer», fera remarquer un automobiliste de passage dans le quartier. En effet, les routes sont quasiment défoncées et difficilement praticable en ces lieux. Même l’état des trottoirs est loin d’être reluisant. D’après les résidents, les récents travaux de réhabilitation des réseaux électrique et d’AEP ont totalement détruit les trottoirs en béton. Lors de récentes intempéries, tout le village s’est trouvé dans une boue indescriptible. Les résidents de Thameur interpellent vivement les autorités locales, pour intervenir en inscrivant un projet de réaménagement et de réfection de ces routes, et mettre un terme à leur calvaire.

Aziz C.

0