Par DDK | 16 Avril 2018 | 688 lecture(s)

Ath Hamdoune

La route vers Houari impraticable

La portion de route reliant la localité de Houari à celle d’Ath Hamdoune, dans la commune d’Aghbalou, est dans un état impraticable. En plusieurs endroits, des nids-de-poule, des trous béants et autres crevasses jonchent la route. A certains niveaux, la chaussée est carrément défoncée et transformée en un véritable oued. C’est le cas du tronçon traversant la localité de Houari où les eaux pluviales ont sérieusement endommagé la chaussée, la rendant ainsi impraticable. Pis encore, l’état de la route est cahoteux et cabossé que les usagers sont contraints de réduire sensiblement la vitesse et rouler au ralenti. Certains usagers, qui empruntent cette route, avouent vivre un «vrai calvaire» à hauteur de Houari. En temps de pluie, la route se transforme en une véritable piscine, car d’immenses flaques d’eau submergent le bitume et rendent la circulation impossible. Ces marres d’eau, en plus de gêner la circulation, représentent un réel danger aux automobilistes et accentuent le risque d’endommager la carrosserie, car les eaux submergent carrément les roues des véhicules de passage. «À chaque fois que la pluie tombe, la route est submergée par les eaux. Rouler sur ces marres d’eau profonde constitue un risque pour les véhicules. A plusieurs reprises, des automobilistes ont eu des pépins mécaniques parce que le châssis du véhicule touche carrément le sol et racle les pierres enfouies sous l’eau», confie un automobiliste. Et d’ajouter : «Cette portion de route est dans cet état depuis maintenant plusieurs années et les travaux de sa prise en charge tardent toujours à être lancés». Il faut préciser que l’absence d’ouvrages d’évacuation des eaux pluviales et de fossés a grandement contribué à la dégradation du tronçon. Ce dernier traverse une plaine où d’immenses quantifiés d’eaux pluviales stagnent, faute de caniveaux. De leur côté, les habitants du quartier affirment que le problème de cette route a été soulevé, à maintes reprises, aux responsables locaux, mais en vain. Lors de la dernière campagne électorale, tous les candidats, qui étaient passés par la localité, avaient été interpellés sur l’état de cette route. Certains s’étaient même engagés à inscrire une opération de sa réhabilitation, en cas de leur élection. Il faut dire que le contexte actuel, marqué par la baisse des budgets et projets alloués aux communes, peu d’enveloppes sont consacrées aux travaux publics. Le peu de projets accordés à la commune d’Aghbalou ira aux volets eau potable et assainissement. Donc, la réfection de cette route risque de ne pas se faire de sitôt. En attendant l’inscription d’une opération de réfection de ce tronçon, les automobilistes devront prendre leur mal en patience.
Djamel M.

0