Accueil Bouira L’éclairage public toujours défaillant

El-Esnam

L’éclairage public toujours défaillant

903

Les habitants de la cité 1er Novembre, à la périphérie du centre-ville d’El-Esnam, commune située à 13 km au sud-est de Bouira, s’indignent contre la défaillance de l’éclairage public. Ainsi, et selon les habitants dudit quartier, ce réseau est hors d’usage et dès la tombée de la nuit, les ruelles de la cité sont plongées dans l’obscurité totale. Situation qui complique tout déplacement des habitants la nuit. Certains habitants du quartier disent avoir «à maintes reprises, interpeller le premier magistrat de la commune, quant à l’urgence de réhabiliter ce moyen si nécessaire à la sécurité, et de renforcer notamment les quartiers qui sont moins éclairés. Mais sans succès». À ce sujet, les autorités municipales affirment qu’une partie du réseau de l’éclairage public a été restaurée au mois de décembre dernier. Mais le réseau n’a pas tenu longtemps avant de tomber en panne. Par ailleurs, il convient de signaler que le sentiment d’insécurité est d’autant plus accru chez les habitants dudit quartier. Ce qui a laissé s’installer un climat de peur et de crainte qui oblige ces mêmes habitants à éviter toute sortie nocturne. Les rares à s’aventurer dehors la nuit sont obligés de recourir aux lampes torches. «Je dois m’équiper d’une torche quand je sors la nuit, soit pour aller travailler ou rejoindre le foyer familial», s’est plaint un habitant du quartier qui travaille comme veilleur de nuit. L’absence d’éclairage favorise également les actes de pillage et de vandalisme, lesquels sont légion au centre-ville d’El-Esnam. À cette situation pénible, s’ajoute le phénomène des chiens errants qui se multiplient au fil des mois. Des bêtes que les habitants croisent de jour comme de nuit. Ce sont là deux problèmes épineux, lesquels enveniment la vie des habitants de ladite cité et sur lesquels doivent se pencher les responsables municipaux. À quelques jours du mois de Ramadhan durant lequel la vie nocturne a tendance à s’animer en ville, les habitants souhaitent que les services de la commune prennent les devants et entreprennent les réfections nécessaires pour leur permettre de passer un mois de carême en sécurité.
Aziz C.