Par DDK | 18 Juillet 2018 | 1201 lecture(s)

ÉDUCATION - Manuels scolaires

Pression sur l’unique point de vente de la wilaya

À chaque rentrée scolaire, de nombreux parents d’élèves se retrouvent confrontés au problème de l’indisponibilité des livres scolaires. Si certains parents arrivent, non sans tracasseries, à s’en procurer quelques-uns, ce n’est pas le cas pour d’autres. Pourtant, chaque année, à la veille de la rentrée, les responsables du secteur tiennent à rassurer quant à la disponibilité de ces livres. Mais sur le terrain, la réalité est toute autre. Cette situation, pour le moins incompréhensible, est due à un déficit de quotas, mais aussi, et surtout, au manque de points de vente. Dans la wilaya de Bouira, il n’en existe qu’un seul. Il est sis au chef-lieu de wilaya, à proximité de l’école primaire Bachir El Ibrahimi. Celui-ci est pris d’assaut à la veille de chaque rentrée par des centaines de parents qui viennent des quatre coins de la wilaya. Pendant des jours, d’interminables files d’attente se forment devant ce centre. L’année dernière, et pour faire face à l’affluence des parents, un autre point de vente a été ouvert par la direction de l’éducation au niveau de la maison de la culture Ali Zamoum de la ville de Bouira. Certes, cette mesure a atténué un peu la pression sur l’unique point de vente, mais cela n’a pas réglé le problème pour autant. Devant ce problème récurrent, un élu de l’Assemblée de wilaya a récemment interpellé le directeur de l’éducation et le wali de Bouira sur cette situation qu’il a qualifiée d’«intenable pour les parents». Le même élu a d’ailleurs suggéré d’ouvrir d’autres points de vente au niveau des grandes agglomérations de la wilaya, comme Lakhdaria, Sour El Ghozlane, Aïn Bessem et M’Chedallah. Selon le même élu, si une telle initiative venait à être concrétisée, elle rendra un grand service aux parents d’élèves, notamment ceux résidant loin du chef-lieu de wilaya, dans la mesure où ça leur évitera de longs déplacements jusqu’à Bouira, dans la quête inespérée d’un livre scolaire. Le wali Mustapaha Limani n’a pas trouvé d’inconvénients à ce que l’opération de vente des manuels scolaires soit décentralisée. Il a, d’ailleurs, instruit le directeur de l’éducation de se pencher sur la question et d’étudier la possibilité d’ouvrir d’autres points de vente de livres scolaires, à travers les daïras de la wilaya. Désormais, la balle est dans le camp du directeur de l’éducation.
D. M.

0