Par DDK | 23 Juillet 2018 | 877 lecture(s)

M'Chedallah

La reprise de l'aménagement urbain tarde

Lancé en grande pompe en 2012, le projet de l'aménagement urbain de la ville de M'Chedallah a été brusquement interrompu alors qu’il était qu’à moitié réalisé. Ce projet était pourtant très attendu par les citoyens qui ne cessaient de réclamer l’amélioration de leur cadre de vie qui avait tendance à se dégrader de jour en jour. À l’époque, l'opération que l’on a dénommé "modernisation du boulevard central" devait prendre en charge un tronçon de 2 km de route, allant du carrefour de Vouaklane à la sortie nord de la ville, au niveau de l'ex-Souk El Fellah. Seulement, 900 mètres de ce tronçon ont été réalisés. Le reste de ce boulevard central qui traverse la ville de part en part est celui qui affiche, à l'heure actuelle, le plus de dégradations d'autant plus qu'il longe les deux principales administrations qui sont le siège de la commune qui est, pour rappel, une commune mère (l’ex-commune mixte de Maillot) et celui de la daïra. Les deux institutions ne sont séparées de ce boulevard que par une esplanade qui fait office de place publique qu'aucun visiteur ne peut rater. Ce tronçon du centre-ville tombe en ruines avec des trottoirs défoncés et truffé de nids-de-poule. Certains endroits sont truffés de cratères. Pis encore, certains trottoirs sont actuellement squattés par des commerçants qui y déposent leurs marchandises. Sur le reste des rues, la précédente Assemblée communale a tenté tant bien que mal d'y apporter quelques aménagements en puisant sur ses fonds propres, à l'image de la Rue Akkache Amar et celle de Makhlouf Amar. L'actuelle Assemblée a, de son côté, inscrit au chapitre des PCD l'aménagement de deux rues, celles baptisées du nom du martyr Boukrif Achour et celle qui longe le siège du tribunal jusqu'à l'école Lamri Abdellah. Ainsi, une enveloppe de 600 millions de centimes a été dégagée pour retaper ces deux rues. L'on apprendra de l’un des membres de l'exécutif de la nouvelle Assemblée que les travaux seront lancés au cours de cette semaine. S’agissant du tronçon du boulevard principal non encore achevé, défigurant de ce fait cette ville, il resterait en son état de champ de bataille pour longtemps, sachant que la reprise des travaux sur cette partie dépend de la DUAC. À propos de cet arrêt des travaux du projet de l’aménagement urbain, un élu de l’APC de M’Chedallah l’ampute aux difficultés financières qui touchent le pays. Il convient de souligner que ce boulevard est en fait un tronçon de la RN30 qui traverse la ville de M'Chedallah dans le sens de la longueur. La ville qui tient le double rôle de chef-lieu de commune et aussi de daïra est la vitrine de M’Chedallah et le point de chute de centaines d’habitants de la région et de la vallée du Sahel.

Oulaid Soualah

0