Par DDK | 26 Juillet 2018 | 905 lecture(s)

EL-HACHIMIA - Perturbations dans l’approvisionnement en eau potable

Le calvaire des habitants

Les habitants de plusieurs quartiers de la ville d’El-Hachimia sont confrontés depuis le début de l’été à des perturbations d’approvisionnement en eau potable. Situation qui crée une pénurie de ce liquide précieux obligeant par conséquent beaucoup de familles à aller puiser l’eau au niveau des sources et autres points d’eau. Selon certains habitants, les fontaines publiques, notamment celles installées au niveau des mosquées de la ville, sont prises d’assaut par des pères de familles et les enfants qui y viennent remplir quelques jerricans. Selon nos interlocuteurs, un planning d’approvisionnement perturbé et surtout inadapté est à l’origine de ce problème. «Parfois, l’alimentation se fait à 5h du matin pour une durée de 3 h. D’autres fois, l’eau coule dans les robinets les après-midi ou la soirée sans que les familles soient informées du planning. De ce fait, beaucoup ratent l’horaire ou s’en aperçoivent trop tard», confie un habitant du centre ville. Et d’ajouter : «Cette situation contraint bon nombre de familles à puiser l’eau aux quatre coins de la ville au niveau des différents points d’eau pour satisfaire aux besoins en eau, surtout en cette période des chaleurs durant laquelle la demande en ce liquide est accrue». L’autre problème soulevé par les habitants de la ville d’El Hachimia, est l’absence de moyens de stockage de l’eau. Selon eux, si l’eau est certes disponible à raison de trois ou quatre heures par jour, les habitants des bâtiments n’ont pas les moyens de la stocker, contrairement aux lotissements où les habitants disposent de citernes pour ce faire. Nos interlocuteurs indiquent par ailleurs qu’au niveau de certains quartiers, à l’image de celui des 108 et de la cité El Mouhandissine, cela fait plus de cinq jours que l’eau n’a pas coulé dans les robinets, une situation qui excède les habitants de ces quartiers. Pis encore, pour une quelconque réclamation, les habitants sont obligés de se déplacer jusqu’à Ain Bessem car il n’existe pas d’agence ADE à El Hachimia, pourtant chef-lieu de daïra. A ce propos, des habitants d’El Hachimia avaient interpellé, depuis quelques mois le wali de Bouira Mustapha Limani, à l’occasion d’un conseil de wilaya consacré au développement dans cette daïra. Selon ces citoyens, d’autres structures publiques sont aussi inexistantes au chef-lieu de daïra, ce qui les contraint à se déplacer jusque dans la ville voisine d’Ain Bessem. Les mêmes habitants ont suggéré l’implantation de certaines structures publiques en ville, afin de les rapprocher des populations. Devant les perturbations dans l’approvisionnement en eau potable au centre ville, les habitants souhaitent des solutions urgentes et surtout pérennes, à même de mettre fin à une souffrance qui n’a, selon eux, que trop duré. Enfin, les habitants rappellent que la ville d’El Hachimia est supposée être alimentée en H24. C’est du moins, disent-ils, ce qui est rappelé à chaque visite d’un haut responsable à l’occasion de la présentation des indicateurs du secteur des ressources en eau, mais la réalité sur le terrain est tout autre. A signaler qu’El Hachimia et toutes les agglomérations situées sur l’axe Bouira-Sour El Ghozlane-Médéa sont alimentées à partir des grands transferts AEP du barrage Koudiat Acerdoune. Un système qui a couté des milliards de dinars en termes de canalisation et d’ouvrages de stockage.

Djamel M.

0