Par DDK | 26 Juillet 2018 | 1022 lecture(s)

M'CHEDALLAH - Transport de voyageurs

Inconfort et chaleur étouffante

Les usagers de la station de fourgons de M'chedallah, sise en bas de l'hôpital Kaci Yahia, souffrent le martyre avec la canicule qui sévit depuis des semaines déjà. En effet, une fois «engouffrés» dans les fourgons ou les minibus qui font la navette entre M'chedallah et les localités d'El Adjiba, Tazmalt, Akbou et Ath Mansour entre autres, les voyageurs croyant échapper à la chaleur torride et au soleil brûlant, déchantent dès qu’ils sont à l'intérieur de ces véhicules-fournaise. La plupart des fourgons sont vétustes, antédiluviens, non équipés de "clim", et les usagers n’ont d’autre choix que ces...saunas ambulants. Ces voyageurs sont condamnés à attendre dans le supplice de cette chaleur étouffante des dizaines de minutes que le fourgon ou le minibus se remplisse pour pouvoir démarrer. En attendant, ouvrir ou fermer les portières et les fenêtres ne change rien à la donne, la température de l’air extérieur est un souffle de dragon. «Les fourgons ne sont pas équipés de climatisation, c’est à croire qu’on est en train de payer des tickets pour la torture. On se retrouve à suer à torrents dans ces fourgons-four vétustes. C'est vraiment le calvaire pour nous, pauvres voyageurs que nous sommes. La situation est si insolite qu’elle frise le burlesque», nous dit un usager de la ligne M'chedallah-Tazmalt. Le «plaisir» des voyageurs continue durant le trajet, où ils ont «l’embarras du choix» entre ouvrir les fenêtres pour brûler ou les fermer pour étouffer. Les rares fourgons assurant les différentes navettes à partir de la station de M’chedallah équipés de climatisation, tout comme les minibus, notamment ceux assurant les dissertes de M’chedallah vers Tazmalt ou Akbou dont les routes sont impeccables, refusent carrément de la faire fonctionner, de peur, disent-ils, d’endommager la motorisation.

Y. S.

0