Par DDK | 30 Juillet 2018 | 1359 lecture(s)

M'CHEDALLAH - Canicule, sirocco...

La récolte des figues fraîches risque d’être compromise

Dans les localités de montagne de M’Chedallah, les figues fraîches dites précoces (Ivifren en kabyle) sont arrivées à maturité depuis déjà une semaine.

Mais cette année encore, ce fruit très répandu dans la région Est de Bouira et en particulier dans les zones de montagne, est affecté par les fortes chaleurs qui sévissent cet été et en particulier durant ce mois de juillet. A vrai dire, un tel climat accélère l’assèchement des figues précoces qui deviennent inconsommables et finissent par tomber de l’arbre. Le fruit, dont les premières figues ont été déjà cueillies à Saharidj et Aghbalou, est très prisé notamment dans les zones rurales de la daïra de M’Chedallah. Beaucoup guettent avec impatience l’arrivée de ce fruit et certains suivent avec vigilance le processus de sa maturité, d'autant plus que les cultures des figueraies sont les plus dominantes dans ces régions reculées. Dans les champs, et à cette période de l’année, les enfants font de véritables razzias à la recherche de quelques figues fraiches précoces et les propriétaires des figueraies ferment souvent les yeux sur ces enfants qui leur rappellent leurs folies d’enfance. Ces premières figues fraîches arrivent à maturité à la mi-juillet et se consomment à l'état frais car elles ne peuvent être récoltées en figues sèches. Ceux des fruits non cueillis avec le processus d’assèchement moisissent et pourrissent rapidement avec en plus un gout moins savoureux que celui des séries suivantes. D'où le peu d’intérêt que lui portent les paysans, ainsi, les enfants partent à leur recherche partout où elles sont sans que personne ne les inquiète. Ils en font des chapelets à l'aide de ficelles ou de longues tiges d'herbe. La particularité des figues précoces, en plus de leur gout légèrement amer, est de contenir beaucoup d'eau et de sève, car elles poussent au-dessus de la feuille sur les tiges des branches à l'inverse des figues fraîches qui poussent pour la plupart sous la feuille à l'abri de son ombre pour mûrir lentement sans rien perdre de leurs saveurs. Cette année aussi, la longue canicule qui sévit depuis la deuxième semaine du mois de juillet a sensiblement affecté aussi bien la récolte des figues précoces que celle des séries suivantes des figues fraîches. Pour cette dernière variété, le fruit, à peine formé, commence à s’assécher en virant au jaune avant de se détacher de la branche comme en témoigne le tapis de figues immatures sous chaque figuier. Les futures récoltes sont donc à moitié perdues, surtout si cette canicule perdure durant le mois d'aout. Ce climat caniculaire est aggravé par l'étouffant sirocco qui a accompagné cette pénible vague de chaleur, ajouté à cela le taux d'humidité qui vient comme pour le coup de grâce.

Oulaid Soualah

0