Par DDK | 4 Aout 2018 | 815 lecture(s)

Quartier des 338 logements

La connexion internet, un cauchemar quotidien

Cela fait plusieurs mois maintenant que les abonnés d’Algérie Télécom au niveau du chef-lieu de la wilaya de Bouira «galèrent» pour surfer sur la toile. C’est le cas des citoyens du quartier populaire des 338. Excédés par les incessantes perturbations du réseau, plusieurs habitants du quartier se sont déplacés au niveau de l’agence ACTEL d’Algérie-Télecom du chef-lieu de wilaya «pour exprimer leur mécontentement». «Il s’agit là d’une situation des plus exaspérantes, dans la mesure où elle perdure depuis longtemps. La connexion est médiocre et les coupures sont légion à telle enseigne que l’on ne peut plus ouvrir une page ni même consulter nos boîtes mail. Lorsque le navigateur s’affiche enfin, il faut attendre un laps de temps indéterminé pour accéder, éventuellement, au site que l’on souhaite consulter. C’est réellement un calvaire pour nous, étudiants», déplore un jeune issu de ce quartier. Ainsi donc, les résidents de ce quartier, plus précisément la frange juvénile, se plaignent de cette connexion Internet «médiocre» et des coupures trop fréquentes à laquelle ils sont astreints, notamment sur le réseau wifi. Ne pouvant même plus consulter leurs courriers ou encore accéder à n’importe quelle fonction basique ou site internet, les abonnés ne cachent pas leur le désarroi. Cependant, en interrogeant d’autres abonnés issus de différents quartiers du chef-lieu, il apparaît clairement que le cas des 338 n’est pas isolé. Plusieurs quartiers de la ville de Bouira souffrent, en effet, de la lenteur de la connexion. C’est le cas du quartier de l’ex-gare routière. Ces soubresauts de connexion seraient dus à l’installation et aux rénovations de la fibre optique, dont les travaux ne sont pas encore arrivés à leur terme. C’est du moins ce qu’affirment des abonnés ayant réclamé à plusieurs reprises au cours de ces dernières semaines «On nous a assuré auprès de l’agence ACTEL de Bouira que dès la fin des travaux, la situation redeviendrait normale», indique un abonné des 338 Logements. Il faudra donc s’armer de patience jusqu’au rétablissement du réseau. Il va de soi que ce faible débit de la connexion pénalise le client d’Algérie-Télécom qui s’acquitte pourtant d’un abonnement haut débit. Ne pouvant plus se passer de cette commodité indispensable de nos jours, de nombreux abonnés recourent aux réseaux internet d’opérateurs privés, pour pouvoir se connecter plus ou moins correctement. Autrement dit, des dépenses supplémentaires s’imposent pour accéder au monde virtuel.

M. S.

0