Par DDK | 6 Aout 2018 | 989 lecture(s)

Chorfa

Les squateurs de l’arrêt principal délogés

L'existence d'un marché informel de part et d'autre la RN15 au chef-lieu communal de Chorfa perturbe carrément la circulation automobile. Au niveau de ces points de vente des fruits et légumes, la circulation se congestionne complètement, et cela met dans tous leurs états les usagers de cette route dense en circulation. Pour leur part, les transporteurs de voyageurs ont toujours du mal à stationner pour charger ou "décharger" les voyageurs sur les accotements de la RN15 au niveau de Chorfa centre, car les trottoirs sont occupés par les marchands de l'informel. Cela crée une véritable cacophonie et des prises de becs entre les voyageurs et les transporteurs d'une part et les vendeurs qui squattent les trottoirs et les accotements. Chassés maintes fois, les marchands reviennent toujours à la charge "menant" la vie dure aux usagers de cette section de la RN15 qui passe par le chef-lieu de Chorfa, laquelle est longue d'environ trois kilomètres. «A chaque fois que j'arrive au niveau de Chorfa, je suis happé par le stress et la colère, car la circulation devient infernale, on avance à pas de tortue. Les vendeurs de l’informel qui installent leurs étals sur les accotements doivent être déplacés de façon définitive vers un lieu approprié pour l'exercice de leur activité. Ce n'est guère évident de continuer comme cela, avec ces embouteillages monstres au quotidien. Et cela va continuer jusqu'à quand?», s’interroge un transporteur de voyageurs qui fait la navette quotidienne entre les villes de M'chedallah et Tazmalt. Cependant, le calvaire des transporteurs ne devrait pas durer encore, car les autorités communales de Chorfa ont aménagé l'arrêt principal situé aux "quatre-chemins" du chef-lieu, lequel était squatté par des vendeurs. Cet arrêt a été aménagé de sorte à ne plus être squatté par les marchands sur le côté droit de la RN 15 en allant vers Béjaïa. Auparavant, les transporteurs ne pouvaient même pas marquer une halte au niveau de cet arrêt squatté par les vendeurs. Ces derniers sont allés jusqu’à se débarrasser de l’abri bus pour installer durant tout le mois de ramadhan des étals de fruits et légumes. «Dieu merci, notre arrêt a été enfin aménagé, et les squatteurs délogés. Cela va nous permettre de marquer des haltes en toute quiétude», se réjouit un transporteur. Il est utile de préciser que des travaux sont actuellement en cours pour aménager un autre abri bus à Chorfa-centre, juste en face de l’arrêt qui vient d’être libéré des squatteurs. L’emplacement de ce nouvel abri bus était lui aussi occupé par des commerçants de l’informel. Maintenait que les deux emplacements ont été réoccupés pour servir d’arrêts, les responsables de la commune sont appelés à continuer sur cette lancée pour remettre de l’ordre sur les lieux où règne depuis plusieurs années une anarchie indescriptible. Pour rappel, durant la campagne électorale, la problématique du commerce informel avait été évoquée avec insistance par pratiquement tous les candidats et l’idée de création d’un marché avait été même suggérée. Il reste à présent à concrétiser sur le terrain ce projet de marché pour mettre définitivement un terme au problème de l’informel à Chorfa.
Y. S.

0