Par DDK | 7 Aout 2018 | 953 lecture(s)

Aghbalou

Les citoyens colmatent les tranchées de la fibre optique

Les travaux sur le projet de la fibre optique à Selloum, dans la commune d’Aghbalou, ont été menés de manière anarchique.

C’est du moins ce qu’affirment les habitants de ce village qui sont montés au créneau pour dénoncer cet état de fait. Selon ces villageois, pas moins de quatre (04) personnes ont été victimes de chutes en mettant le pied dans la rigole creusée à la découpeuse par l’entreprise réalisatrice du projet. La rigole en question traverse de part en part le populeux quartier d'Agouilal. Devant la multiplication des accidents, les résidents de cette cité ont décidé, samedi dernier, de combler, d’eux-mêmes, la rigole en question avec de la terre. Un acte approuvé par le maire de la commune d'Aghbalou, M Nacer Hamoum, présent sur les lieux. Ce dernier dira qu'il n'a aucun droit de regard sur ce projet qu'Algérie Telecom a confié à une entreprise privée. Le danger de ces fouilles est d'autant plus omniprésent, notamment quand beaucoup de gens empruntent ce chemin, comme ce fut le cas samedi dernier, lors de l’enterrement de quatre (04) jeunes du village décédés la même semaine dans deux accidents de circulation, et où les villageois ont eu à se déplacer de nuit pour les veillées funèbres. La rue principale, le long de la laquelle a été creusée cette rigole, est une des plus fréquentée du village, mais aussi la mal éclairée. L'éclairage public dans ce quartier est défectueux et inopérant. Ces mêmes villageois affirment que cette situation dure depuis plus d'un mois et demi, tandis qu'un responsable du chantier dira que cela ne dépasse pas les 20 jours. Le responsable du chantier explique le retard du projet par les difficultés rencontrées dans le creusage, et ce, dira-t-il, pour la présence des ouvrages souterrains de l'AEP, de l'assainissement et du gaz de ville. Selon notre interlocuteur, l'entreprise ne dispose pas des plans de ces réseaux et avance donc à l'aveuglette, ajoutant que, malgré toutes les précautions prises, plusieurs incidents se sont produits notamment sur le réseau de l'AEP et que les réparations leur prennent du temps. Les villageois, quant à eux, tiennent un autre langage et dénoncent le bâclage des travaux, disant que cet ouvrage, qui n'est qu'à ses débuts, doit être réalisé tronçon par tronçon, alors que l'entreprise réalisatrice affirme que les travaux obéissent à certaines règles ne tolérant aucune entorse. Selon elle, la remise en état de la chaussée se fait une fois les travaux menés à terme sur une longueur. Les protestataires menacent de passer directement au blocage des travaux si rien n'est fait dans l’immédiat pour éliminer les nuisances et prévenir les risques. Les responsables de l'AT devraient s’en soucier en urgence et chercher, avec la population, un terrain d'entente.

Oulaid Soualah

0