Par DDK | 12 Aout 2018 | 830 lecture(s)

Ath Mansour

Le projet d’une ZAC contrarié

L’opération de création de zones d'activités à travers les communes de la daïra de M'Chedallah, et annoncée en grande pompe, bute sur plusieurs contraintes techniques et administratives.

En effet, après le dossier de mise en exécution de la ZAC de Chorfa, qui a été brutalement freiné par une subite opposition des services de l'hydraulique prétextant que l'assiette du terrain repose sur une zone inondable d'Assif N'sahel, c'est au tour de celle d'Ath Mansour d'être retardée par les services des domaines, quant à la prise en charge du volet cadastre. En effet, en réponse à une correspondance de l'APC d'Ath Mansour, qui sollicite cet organisme pour enclencher l'opération du cadastrage de l'assiette du terrain retenue pur recevoir cet ambitieux projet, les domaines ont signifié par correspondance n°1313 du 23/07/2018, qu'ils ne pouvaient donner suite à la demande par manque de personnel qualifié, du moins durant cette période des vacances. Notons que cette ZAC d'Ath Mansour a été lancée sur instruction du wali portant le n°1684/D.I.M de 2018, par laquelle il ordonne d'entamer les procédures administratives et techniques dans les plus brefs délais, après l'aval de la commission de choix de terrain de janvier 2018 et sa sortie sur le terrain en date du 22/05/2018. Les services du cadastre ont suggéré tout bonnement à l'APC de solliciter les services d'un bureau d'études. Seulement, les moyens financiers de cette dernière ne lui permettent pas d’honorer les prestations de services d'un BET privé. Soulignons que l'assiette de terrain proposée à Azrou Kelal est d'une superficie de 20 hectares. Elle relève du domaine forestier. Le terrain en question est isolé, nu, rocailleux et improductif. Une source proche de l'APC d'Ath Mansour nous apprendra que ce sont une dizaine d'investisseurs privés qui se sont d’ores et déjà inscrits et que l'APC a délivré à la moitié d'entre eux des certificats d'urbanisme pour leur faciliter les opérations de crédits bancaires. Notre source affirmera que trois (3) investisseurs sont déjà sur place dans le recyclage des déchets ménagers, la transformation du métal et enfin la fabrication de produits en plastique tels que divers types d'emballages et bouchons. Espérons que la troisième zone d'activité de la daïra de M'chedallah, implantée dans la commune d'Ahnif, dont le dossier est finalisé et l'opération sur le point d'être lancée, ne serait pas bloquée à son tour.

Oulaid Soualah

0