Par DDK | 12 Aout 2018 | 825 lecture(s)

Mesdour

L’aménagement urbain fait défaut

La commune de Mesdour sise à l'extrême sud de la wilaya de Bouira accuse beaucoup de retard en matière de développement. Les insuffisances sont multiples et concernent pratiquement tous les secteurs. La liste des revendications des populations de la commune est longue. Ainsi, selon les habitants de cette commune rurale, il y a d’abord une absence des aménagements urbains au niveau de la totalité des cités de Mesdour. Selon les mêmes habitants, toutes les ruelles nécessitent un nouveau revêtement et les trottoirs demandent à être réaménagés. En hiver, les mares d'eau se forment un peu partout. Les voies d’accès sont pleines de crevasses. Les quartiers sont remplis de boue et de gadoue. En été, c’est des nuées de poussières que soulèvent les vents et le passage des véhicules. D'ailleurs tous les usagers de ces routes et ruelles trouvent toutes les difficultés du monde à circuler et beaucoup avouent que leurs véhicules tombent souvent en panne car mis à rude épreuve. Devant cette situation, les citoyens souhaitent une amélioration urbaine avec inscription d'un projet pour améliorer le cadre de vie des gens. Dans le même sillage, ces mêmes requérants ont aussi souligné le manque du foncier au niveau de la commune. C'est une condition sine qua non pour attirer les investissements. L'investissement peut aussi booster le développement local par la création de l'emploi qui jugulera un tant soit peu l'épineux problème du chômage qui frappe de plein fouet une très grande frange de la jeunesse. L’arrivée d’investisseurs pourrait aider à renflouer les caisses de la commune par le biais de diverses recettes fiscales à la faveur des activités exercées sur son territoire. Sur ce point précis, nos interlocuteurs ont émis le vœu de voir des investissements dans le secteur du tourisme et de l'agriculture. Les carences concernent aussi le secteur de la jeunesse et des sports. En plus du chômage des jeunes, il y a un manque d’espaces de loisirs et équipements publics qui leur sont destinés. Quant aux localités lointaines du chef-lieu de la commune, le problème aigu auquel sont confrontés leurs habitants est celui de l'eau potable. Un calvaire qui perdure depuis des décennies avec tous ses aléas, en l'occurrence, l'achat des citernes au prix onéreux qui érodent davantage la petite bourse des couches défavorisées. Ces contrées éloignées demandent à ce qu'elles soient alimentées en eau potable à partir du barrage de Tilesdit situé dans la commune de Bechloul. Une solution définitive qui leur permettra d'avoir de l'eau continuellement. Le désenclavement de ces localités est une nécessité pour les habitants. A ce sujet, les citoyens suggèrent l’ouverture de pistes de et vers ces localités à même de faciliter leurs déplacements. En somme, toute une liste de revendications a été recensée et exposée aux nombreux responsables locaux pour une prise en charge urgente à même de faire sortir cette commune de sa léthargie. Une léthargie qui n'a que trop duré.

F. K.

0