Par DDK | 13 Aout 2018 | 870 lecture(s)

EL ADJIBA - En prévision de l’Aïd El-Adha

Collecte de dons au profit des démunis

La fête de l'Aïd El-Adha ne s'annonce guère facile pour les ménages, à cause de la cherté qui touche simultanément le mouton sacrificiel, les fruits et légumes et les habits.

En effet, si les prix du mouton sont inaccessibles aux petites et moyennes bourses, eu égard aux prix jugés excessifs qui sont pratiqués depuis quelques jours déjà, où un simple mouton est cédé à partir de 30 000 DA, les fruits et légumes connaissent également une hausse vertigineuse de leur prix. Les habits sont aussi chers. Pas facile, dans ce cas-là aux ménages de préparer dans le calme et les bonnes conditions la fête de l'Aïd. «Un simple mouton est chiffré à 35 000 DA. La mercuriale connaît aussi une envolée générale des prix. La pomme de terre, pour le simple exemple, a grimpé jusqu'à 60 DA/kg. C'est l'occasion tant attendue par les maquignons, les commerçants des fruits et légumes et ceux des habits pour mettre le feu et tirer le plus de profits. Cela intervient aussi à moins d'un mois de la rentrée scolaire. Franchement, je ne sais pas comment faire pour m'en sortir avec à ma charge trois enfants qui sont tous scolarisés», s'inquiète un père de famille habitant la ville d'El Adjiba. Comme l'a souligné en substance notre interlocuteur, la bonne ambiance de la fête sacrificielle de l'Aïd El-Adha risque d'être gâchée par toute cette cherté ambiante qui n'est pas faite pour arranger les choses. Et les ménages de conditions modestes sont déjà dans le pétrin et le désarroi, ne sachant plus que faire pour passer un Aïd à l'abri du besoin et correcte du moins. Néanmoins, c'est à pareille occasion aussi que la solidarité agissante se manifeste, heureusement, au profit de cette frange vulnérable de la société à travers des dons en espèce ou en nature qui sont destinés aux familles dans le besoin. Ainsi donc, dans la commune d'El Adjiba, pour l'illustration, la collecte des dons alimentaires à travers les corbeilles de solidarité va bon train dans les commerces de l'alimentation générale, en sus de celle qui a trait aux habits neufs et même aux moutons, et ce dans l'optique de les distribuer sur les familles démunies. Des actions du même genre sont aussi signalées au village Crête rouge, où l'association caritative Tissura n lkhir, récemment créée, s'active à ramasser des dons pour les distribuer sur les démunies, veuves et orphelins du village.

Y. Samir

0