Par DDK | 15 Aout 2018 | 1066 lecture(s)

Ath Mansour

L'oued Amarigh en crue en plein août

Fait plutôt très rare. L'oued Amarigh, qui prend source des contreforts de la chaîne montagneuse des Bibans, est entré en crue, ces derniers jours, à la faveur des fortes précipitations enregistrées dernièrement à l'est du pays, notamment dans la région de Bordj Bou Arreridj d'où coule à l'origine ce cours d'eau. Cependant, au-delà de cette crue, il y a lieu de souligner que, d'après les riverains, cela n'est pas intervenu en plein été depuis au moins une dizaine d'années si ce n'est plus. «A vrai dire, l'oued Amarigh est connu pour ses crues sporadiques qui interviennent le plus souvent entre le début de l'automne et la fin du printemps. Mais des crues en plein été, c'est plutôt très rare, comme c'est le cas ces derniers jours où le débit de cette rivière a augmenté significativement. Aussi longtemps que ma souvenance remonte, je crois que cela fait dix (10) années au moins depuis qu'une crue s'est produite au mois d'août. Ces dernières années, à cause de la sécheresse, ce cours d'eau est resté toujours à sec le long de la saison estivale. Toutefois, là, je suis bluffé par cette crue intervenue en plus vers le début de la deuxième décade du mois d'août. Et c'est un fait exceptionnel», tranche l'un des riverains de la rivière. Comme l'a souligné notre interlocuteur, cet oued qui n'est pas pérenne, n'enregistre guère d'activité durant toute la saison estivale et même parfois pendant l'automne. Mais cette fois-ci, et contre toute attente, une crue est intervenue éberluant les riverains qui se sont vus, devant l'ampleur des flots, obligés de contourner sur plusieurs kilomètres cette rivière pour rejoindre, via un pont de chaussée, l'autre rive, alors qu'auparavant ils traversaient tout simplement l'oued complètement "endormi" . Par ailleurs, il est à noter que cette rivière provoque, à chacune de ces violentes crues, des inondations, notamment des terres agricoles et autres oliveraies qui le longent. Le gabionnage de cet oued n'est malheureusement pas effectué de façon à prémunir et à protéger de ces glèbes des furies de ce cours d'eau qui peuvent causer d'énormes dégâts.
Y. S.

0