Par DDK | 20 Aout 2018 | 807 lecture(s)

Raffour

Insuffisance des bacs à ordures

La ville de Raffour, située à 3 km du chef-lieu communal de M'Chedallah, génère quotidiennement, comme toutes les autres localités d'ailleurs, de grandes quantités de déchets ménagers, ce qui est somme toute normal. Néanmoins, même si le ramassage des ordures est assuré régulièrement dans cette agglomération, qui compte quelques 13 000 habitants, il n'en demeure pas moins qu'il y a un point crucial qui se rapporte à l’insuffisance des bacs à ordures et autres dévidoirs métalliques pour l'accumulation provisoire des détritus avant leur ramassage par les éboueurs. L’insuffisance de ces récipients est palpable, surtout sur la rue principale de la ville par qui passe la RN15, où les ordures s'entassent et débordent des dévidoirs métalliques, amochant les lieux. Au fur et à mesure que les heures de la journée s'égrènent, ces récipients ne parviennent plus à contenir les ordures ménagères qui y sont jetées, provoquant ainsi leur débordement et leur amoncellement tout autour. «Comme vous voyez, les dévidoirs sont complètement débordés, ne pouvant plus contenir les grandes quantités d'immondices qui y sont jetées journellement. Cette situation n'est pas sans provoquer des miasmes et autres odeurs pestilentielles alentours. Une grande ville comme Raffour a besoin d'un bon nombre de bacs à ordures pour l'accumulation provisoire des déchets ménagers en vue de leur collecte par les agents d'hygiène et de nettoyage. Je pense surtout à la rue principale de la ville, empruntée par des centaines d'usagers, où y activent aussi des dizaines de commerçants lesquels génèrent eux aussi des déchets. Le nombre de bacs à ordures et autres dévidoirs métalliques demeure toujours insuffisant. Le renforcement en ces récipients contribuerait à diminuer les dépotoirs sauvages et à donner une vue plutôt correcte de notre ville», estime un habitant. Les services de la municipalité de M’chedallah doivent donc se pencher sur ce problème aux quatre coins de la localité. Il est utile de noter que dans beaucoup de communes de la région et de la wilaya de manière générale, les gestionnaires des APC sont confrontés au problème du vol des bacs à ordures en plastiques. Dans bien des cas, à peine installées que ces poubelles sont subtilisées. A cela s’ajoute la détérioration rapide de ces poubelles en plastique. Sous le poids des déchets et la fréquente de manipulation des éboueurs, ces bacs ne tiennent pas longtemps. D’ailleurs beaucoup de communes optent pour les bacs métalliques plus volumineux et surtout résistants.
Y. S.

0