Par DDK | 23 Aout 2018 | 778 lecture(s)

Bechloul

Prolifération des moustiques

Depuis le début de l’été, la ville de Bechloul est envahie, chaque soir, par des nuées de moustiques.

Il est devenu quasiment impossible pour les riverains de faire face à ces insectes, dont les piqûres, notamment sur les bébés et les personnes âgées, provoquent des irritations. La prolifération de ces bestioles commence sérieusement à inquiéter les habitants du chef-lieu de cette commune, qui interpellent vivement les services de l'APC de Bechloul et la direction de la santé publique (DSP) de Bouira, pour opérer une campagne de démoustication, afin d'éviter la propagation de ces insectes et d’éventuelles maladies. Ils redoutent, notamment, l’apparition et la prolifération du moustique tigre, dont les piqûres peuvent être dangereuses si ce dernier est vecteur de virus ou de maladies transmissibles à l’homme. Cependant et malgré les multiples réclamations des habitants de ces quartiers auprès des services de la commune pour procéder à des opérations de démoustication ainsi qu’au curage de l'ensemble des fosses et caves des immeubles, aucune opération n’a été menée jusque-là. A ce sujet, un habitant du quartier des 100 logements confie : «Le problème des moustiques existe depuis plusieurs années, surtout en été, avec la dégradation du milieu immédiat. De plus, les vides sanitaires des immeubles ne sont jamais nettoyés et l'eau qui y stagne favorise le développement des larves de moustiques, qui envahissent nos maisons de jour comme de nuit. C'est vraiment insupportable !». Il faut dire que la propagation de ces insectes prendra de l'ampleur si aucune mesure n'est prise durant cette saison, surtout que le risque de maladies contagieuses plane sérieusement sur la santé des citoyens. Il est utile de préciser qu’à la daïra voisine de M’Chedallah, une campagne de démoustication a été lancée ces derniers jours, mais celle-ci n’a pas eu l’effet escompté. Des habitants de plusieurs communes, comme ceux d’Ahnif, se plaignent toujours de la prolifération de ces bestioles. Il faut noter que les dépotoirs sauvages et la proximité avec l’Oued Sahel, un des plus importants cours d’eau de la région Est de Bouira, contribuent à la propagation des moustiques et autres insectes nuisibles.

Massinissa A.

0