Par DDK | 28 Aout 2018 | 798 lecture(s)

M'CHEDALLAH - Station d’épuration d’Assif N’sahel

Deux projets aux oubliettes

Le principal cours d'eau de tout l'Est de la wilaya, Assif N'sahel, est sans conteste le plus pollué de la région.

Il reçoit la totalité des rejets de l'assainissement de pas moins de douze communes dépendantes de la daïra de M'Chedallah et de celle de Bechloul. Cela pour n'évoquer que la matière polluante liquide vu que ses bordures et son lit sont transformés en dépotoir sauvage sur ses 50 km traversant les deux daïra en plein milieu. Il n'est pas exagéré de dire que ce cours d'eau est un foyer géant pour toutes sortes d’épidémies, d'autant plus qu'il n'a jamais bénéficié d'une quelconque opération de nettoyage ou de désinfection, ne serait-ce que pour réduire les parasites vecteurs de maladies transmissibles à l'homme, et protéger les villes et villages alignés le long de ses deux rives dont la plus éloignée des agglomérations est à moins de 100 mètres. Ce terrifiant foyer de maladies a été à plusieurs reprises dénoncé par des riverains de ce cours d’eau. Cet été, des citoyens d’Ahnif habitant sur les rives d’oued Sahel, se sont encore une fois plaints de l’invasion de parasites et autres insectes nuisibles qui prolifèrent surtout en saison chaude. Les dangers qui planent sur la population du fait de la contamination de ce cours d’eau par les eaux usées, avaient fait réagir l’ex-wali de Bouira, M. Ali Bouguerra, qui avait décidé de la réalisation de deux stations d'épuration des eaux usées en 2012. La première a été localisée au lieu dit Achadhoukh, entre les communes de M'Chedallah et d'Ahnif à proximité de Raffour, et la seconde à Toughza, entre les communes d'Ath Mansour et Chorfa. Les deux assiettes de terrains proposées pour recevoir ces ouvrages des plus névralgiques, tant pour la santé publique que pour les dizaines de fermes agricoles que le cours d'eau traverse, ont été retenues par la commission des choix de terrains de la wilaya la même année, soit en 2012, au grand soulagement des riverains qui souffrent le martyre de cette proximité d'Assif N'Sahel. Malheureusement, le projet est, depuis, mis sous le boisseau et relégué aux oubliettes. Au moment où l'on renoue avec des épidémies qu'on croyait éradiquées depuis longtemps, n'est-il pas temps de déterrer ce projet des deux stations d'épuration ? Ce cours d'eau très pollué fait planer une réelle menace d’épidémies sur une population de quelque 170 000 habitants. C'est en tout cas le souhait des riverains, du mouvement associatif et des élus des communes de l'est de la wilaya, de voir ce projet refaire surface.

Oulaid Soualah

0