Par DDK | 3 Septembre 2018 | 768 lecture(s)

M'Chedallah

Rare le transport les vendredis

Réaménagée l'an dernier, la station de fourgons située à proximité de l'EPH Kaci Yahia de la ville de M'Chedallah constitue le point de chute de centaines de voyageurs au quotidien. Cette station est d'une importance capitale dans la région, laquelle est desservie par des transporteurs de plusieurs localités, comme Akbou, El Adjiba, Bechloul, Chorfa, Ath Mansour, Tazmalt, etc. Durant les jours ouvrables, cette station fourmille de monde à longueur de journée. La rentrée sociale promet de voir des «contingents» de voyageurs investir davantage cette station, avec le retour des élèves aux bancs de l'école et des travailleurs. Néanmoins, tout ce dynamise qui caractérise cette station fléchit et diminue drastiquement le vendredi, jour de repos. En effet, cette station devient comme "infréquentable" durant cette journée, à cause de la diminution drastique du nombre de voyageurs. In situ, les fourgons et autres minibus, desservant différentes localités, se comptent sur les doigts d'une main. Cela est, bien évidemment, insuffisant pour répondre à la demande des voyageurs présents, lesquels se voient condamnés de poireauter longtemps pour pouvoir, enfin, emprunter les transports en commun afin de rejoindre leurs destinations voulues. Cette carence en transport durant les vendredis provoque une certaine appréhension chez les usagers, qui préfèrent ne voyager que par stricte nécessité. A partir de midi, les choses se compliquent davantage pour les voyageurs qui tentent désespérément, à la limite de la panique, de trouver un fourgon. A l'approche de l'heure de la prière du vendredi, les lieux sont presque déserts, ne reprenant le mouvement qu'à partir de 15 heures pour s'estomper au fil des heures. Les choses se compliquent davantage pour les familles poireautant dans cette station à la recherche d'un hypothétique fourgon. «Voyager les vendredis est un vrai calvaire, car la plupart des transporteurs se trouvent au repos, ce qui fait que le transport est rare ou peu assuré dans toute la daïra de M'Chedallah et même en dehors», regrette un usager d'El-Adjiba.

Y Samir.

0